Aller au contenu principal

2019, l’année du blé dur normand ?

La filière blé dur française étaient réunie en colloque à Tours le 5 février. Répondant à une demande des semouliers, des agriculteurs du sud de l’Eure, soucieux de diversifier leurs assolements - s’initient à cette culture.

La qualité du blé dur dépend essentiellement de sa teneur en protéines. L’objectif est d’atteindre 14%. Pour cela, la réussite de la fertilisation azotée est primordiale. Elle passe par le calcul de la dose prévisionnelle, qui doit tenir compte de la variété. Pour le blé dur, les besoins par quintal sont variables selon les variétés : les plus productives ont des besoins en azote plus élevés et nécessitent un dernier apport plus important.
La dose totale d’azote du blé dur est souvent équivalente à celle du blé tendre. En effet, si son potentiel de rendement est plus faible, ses besoins en azote sont supérieurs à ceux du blé tendre. Comme pour le blé tendre, le dernier apport impacte la teneur en protéines. Le fractionnement est régulièrement plus efficace en quatre apports qu’en trois : le premier apport est généralement réalisé en sortie d’hiver, le second au stade épi 1 cm, le troisième à montaison et le dernier à sortie dernière feuille. Si les reliquats en sortie d’hiver sont élevés (> 60 kg N/ha), une impasse est généralement préconisée. La plante absorbera mieux l’azote s’il est apporté tardivement, avec un effet positif sur la teneur en protéines. Un report de 40 u d’azote au stade dernière feuille étalée permet une augmentation de 0,5 % de la teneur en protéines. L’azote apporté au stade dernière feuille étalée est au moins aussi efficace sur le rendement que l’azote apporté début montaison. Pour affiner le calcul de la dose prévisionnelle et ajuster la quantité totale d’azote a apporter au plus près des besoins de la culture, l’utilisation d‘outils de pilotage comme Farmstar ou N Tester est recommandé.
Des surfacesen reculLes surfaces françaises
enblé dur pour 2019 diminueraientde -20 à – 25%
parrapport à 2018. Les raisonssont diverses : d’abord
un effetmarché, avec des prix indexéssur le cours mondial.
Les troisquartde la production françaisesont exportés et
soumis à laconcurrence d’autres grandsexportateurs comme
le Canada,le Mexique ou la Turquie. Ainsi, lateneur moyenne
en protéine dela dernière récolte était bonne(14.5% moyenne
France) maisn’a pu être pleinement valorisée.La baisse des
surfaces est égalementlié au manque de pluiesà l’automne,
qui a bousculé lecalendrier des semis de céréales.
Les producteurs ont pu déciderde reporter des semis sur
d’autres espèces au printemps2019.
Environnement, santé, naturalité
Les consommateurs français aimentles
pâtes, qu’ils consommentà hauteur de
8,1 kg paran et par habitant ! A l’occasion
du dernier colloque blé dur, lesrésultats d’une
enquête BVA-INRA2016-2017 ont été publiés :
les consommateurs sont de plusen plus sensibles
aux matièrespremières locales et premium :
une opportunité dont la filièreblé dur entend se saisir.
L’étuderecommande 3 actions pour
renforcerla filière blé dur :
garantir le blé dur français dans les usines françaises,
garantir le revenu des agriculteurs,
développer les filières locales.
La filière française a déjà des atouts en main avec ses 3 semouleries et 10 fabricants de pâtes
et de couscous sur son sol.
Le souhait des consommateurs est en phase
avec le plan de transformationde la filière qui,
parmi ses objectifs, veut
« créer de la valeur via des stratégies
de segmentationde l’offre ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole