Aller au contenu principal

10 MEUR alloués à la bio : une aide d'urgence insuffisante confiée aux régions.

Après des années de croissance, les producteurs bio voient une chute inédite de la vente de leurs produits. Faute de débouchés, des magasins spécialisés ferment et des producteurs se dirigent en masse vers la déconversion.

© DR.

En réponse à la crise que traverse l'ensemble des filières bio, le ministère a annoncé le déploiement d'un fonds d'urgence doté de 10 millions d'euros, destiné aux exploitations en AB « en graves difficultés économiques et en risque de déconversion ».

La FNSEA juge cette réponse insuffisante face à l'ampleur de cette crise et des chiffres annoncés par les filières, et a rappelé sa position en appelant à un budget adapté au besoin des acteurs de la filière bio.

Ce fonds est actuellement mis en place par les préfets de région. Ainsi des concertations doivent être organisées avec les OPA dans les régions. Une note de cadrage a été envoyée aux préfets de régions et de départements. Des critères d'éligibilité ont été définis, avec un ciblage confié aux Préfets selon des critères de priorisation. D'éventuels critères supplémentaires peuvent être définis localement lors de ces consultations régionales.

Cette aide sera ainsi répartie par région, soit environ 578 kEUR pour la Normandie, en fonction du nombre d'exploitations bio et du nombre d'élevages. Pour être éligibles, les fermes devront par ailleurs être certifiées bio au titre de 2023, tirer 80 % de leurs recettes du mode de production bio, et ne pas recevoir d'aides à la conversion sur plus de 10 % de leur SAU, sauf si elle a pour but un agrandissement ou une conversion non simultanée visant à atteindre 100 % bio et concernant moins de 50 % de la SAU.

La FNSEA rappelle que cette aide n'est pas à la hauteur de la crise traversée par les 60 000 fermes engagées en bio (Focus en chiffres ci-dessous). Un courrier a récemment été envoyé au ministre de l'Agriculture pour demander la mise en place d'une aide complémentaire pour soutenir les producteurs bio.

------------------------------------------------------------------------------------------

Pertes par filières

Filière bovine :

70 millions EUR estimé en 2022 et risque de pertes encore plus élevées en 2023 avec la forte baisse des abattages.

Filière fruits et légumes

o Déclassement en 2021 : 11,1 %

o Pertes pour la filière estimées à 62 millions EUR en 2021

o Focus pomme : pertes estimées entre 19 millions et 32 millions EUR selon les scénarios en 2021

 

Filière grandes cultures

Doublement des stocks entre 2021 et 2022 et gros volumes attendus en 2023 à la suite des conversions 2021 et 2022

 

Filière laitière

o Déclassement en 2022 : 40 %

o Pertes pour la filière : 59 millions EUR en 2022 et 71 millions EUR attendus pour 2023

o Perte moyenne/exploitation en 2022 : 10 000 EUR

 

Filière oeufs

o Déconversion : 10 %

o Baisse des mises en place de 6 %

 

Filière porcine

o  30 à 40 % de la production est sans débouchés

o Coût du déclassement estimé à 180 EUR/porc

o Perte pour la filière : 30 millions EUR/an

 

Filière volaille de chair

o Surproduction estimée entre 25 et 30 %

o Baisse des mises en place de 25 %

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole