Terra 29 mars 2012 à 10h16 | Par Claire Le Clève

AG Prim'holstein - 2011 une année faste !

Moisson de médailles et début d'année en fanfare. 2011, pour le Syndicat Prim'holstein, a été faste et la relève est là ! C'est tout l'espoir porté par la section jeunes que le syndicat morbihannais a souligné lors de son assemblée générale, mercredi dernier à Ploërmel

Abonnez-vous Imprimer
Le pigeon Blanc
Le pigeon Blanc - © j;L cucheval
 

 

Moisson de médailles et début d'année en fanfare. 2011, pour le Syndicat Prim'holstein, a été faste et la relève est là ! C'est tout l'espoir porté par la section jeunes que le syndicat morbihannais a souligné lors de son assemblée générale, mercredi dernier à Ploërmel, lors d'une rencontre endeuillée par la perte de l'un des siens, Marc le Labourrier. 

 

Les remarques de Marc Le Labourrier auront manqué tristement à cette assemblée statutaire où le décès de ce membre du conseil d'administration était dans tous les esprits. C'est pour autant sur une note d'espoir, en soulignant le démarrage d'un groupe jeune, très actif, dans la continuité de la formation jeunes au Lycée de La Touche, « BZH 56 » pour Bienvenue en Zone Holstein 56, que la rencontre s'est déroulée (voir entretien avec Jean François Guillaume, ci contre). Une rencontre placée sous le thème de l'incidence des boiteries avec l'intervention du vétérinaire du GDS, Yvane Leperrier et la visite du Gaec du Pigeon Blanc, à Campénéac l'après midi. Une exploitation laitière qui a créé une activité fromagère et dont la passion pour le travail de sélection génétique avec des lignées noires et une lignée rouge a permis de sortir une perle : le mâle Franc Red ISU 142.

 

Claire Le Clève

 

.

 

 

Dominique et Laurent Nourry, au Gaec du pigeon Blanc, se partagent la tâche, Dominique à fromagerie, Laurent à l'exploitation
Dominique et Laurent Nourry, au Gaec du pigeon Blanc, se partagent la tâche, Dominique à fromagerie, Laurent à l'exploitation - © claire le clève

Au Gaec du pigeon Blanc

Vente directe et génétique font bon ménage

Installé en 1995 sur l'exploitation familiale du Pigeon Blanc, à Campénéac, Laurent Nourry a été rejoint par son frère, Dominique, en 2008 avec un projet de fromagerie.

 

Trop petit pour accueillir un cheptel de 55 Vl et la suite (moyenne sur les 12 derniers mois au Contrôle laitier de 10594 kg à 32 TP Et 35 TB), pour une production de 478 000 l, un nouveau bâtiment a dès lors été construit, avec bloc traite et fromagerie ,pour transformer les 15 000 L pour la vente directe. Sur les 68 ha de l'exploitation, 32 sont réservés à des cultures de vente, céréales et Colza. Le reste, en herbe, est principalement consacré à la fauche. «Nous sommes passés en ration sèche depuis mai 2007. J'en avais assez des rendements de maïs médiocres» explique Laurent. Une anticipation sur la charge de travail à la fromagerie a également conduit ces deux frères à opter pour ce système «qui libère du temps. Il n'y a pas de distribution à faire». Et si le coût alimentaire reste élevé, 150 €/1000 L, les cultures sont valorisées à coté. Les deux frères ne cachent pas la charge de travail importante sur la fromagerie. Désormais, 2,5 uth travaillent sur l'exploitation afin de mener de front toutes les activités, y compris celle de la commercialisation. Elle a débuté en 2010, à la ferme, sur les marchés et en supermarchés et propose 7 produits issus de la fabrication ; l'un de type Coulommiers, Ti Pavez (aux algues), tome (fromage à raclette), fromage blanc, crème dessert, yaourt, lait pasteurisé. « Pour l'instant, nous ne valorisons pas le lait de l'activité fromagère au prix du lait de la laiterie » estiment Laurent et Dominique Nourry. Coût d'agrément, coûts d'analyses, impactent la rentabilité. «C'est encore la phase de développement». Aussi, le travail de sélection génétique est t-il appréciable. «Il a été entamé par souci de variabilité, avec des pedigrees originaux », pointe Laurent. Lignée noire, lignée rouge...La première transplantation a été réalisée en 1997 avec des animaux issus de l'exploitation «Cela a donné ce pedigree là, avec une souche qui s'est faite remarquer et un taureau qui sort», apprécie l'éleveur faisant allusion à Franc Red.Le croisement talentueux de Jerudo sur Elayo-red sur Talent-Lad. Ce sont ainsi 25 femelles ainsi que 4 à 5 mâles génotypés par an.

 

A vos agendas

La prochaine session de l'école des jeunes éleveurs se déroulera à Ploërmel, du 9 au 12 juillet 2012, L'occasion de bénéficier de l'expérience des meilleurs préparateurs français : Information et inscription 02 41 37 66 73 auprès de Prim'holstein France

jean françois guillaume
jean françois guillaume - © claire le clève

 

Trois questions à JF Guillaume

Président de Prim'holstein 56

Terra : Vous parlez d'une année 2011 particulièrement faste ?

J.F Guillaume. Oui, le nombre d'adhérents au syndicat a progressé, passant de 121 à 128. Beaucoup de jeunes sont désormais autour de nous lors des concours et des préparations d'animaux, cela stimule et induit de la réussite sur les concours. Sur la lancée de Paris, avec la championne jene, il y a eu une moisson de médailles au régional de Quimper avec une grande championne adulte, meilleure laitière, meilleure mamelle adulte, championne jeune, meilleure mamelle jeune et le challenge interdépartemental... Personne ne s'y attendait, avec une belle ambiance ! Alors quand ces jeunes vont préparer une bête chez un voisin qui ramène un prix, il devient adhérent! La section jeune, BZH 56, s'est structurée. Cela créé une animation, un élan porteur avec l'école nationale de formation. C'est une dynamique. Il y a une très grande motivation avec une effet d’entraînement pour tous. Leur prochaine session est début juillet (Voir ci dessous).

 

Terra : Pourquoi ce thème des pathologies des membres.

Un sujet technique est toujours porteur. Le GDS l'avait abordé lors de son assemblée générale montrant l'impact économique important que peuvent avoir ces pathologies sur un troupeau. Yvane Leperrier l'a pointé de nouveau, nous invitant à ne pas attendre et savoir repérer rapidement ces boiteries. C'est une affaire de surveillance. Nous voulions relier ce thème avec la sélection faite sur le nouvel Isu, pris en compte depuis février dernier. Les membres y sont rentrés de manière plus importante à coté des caractères fonctionnels, cellules et fertilité. Thierry Ménard, qui est responsable des techniciens de Prim'Holstein France, a bien mis l'accent sur ce point. Une vache qui dure, c'est vache une qui tient sur ses membres et s'en sert pour aller s'alimenter.

 

Terra : Génétique et diversification font bon ménage

Oui, nous voulions le montrer au travers de cette visite sur l'exploitation de Laurent et Dominique Nourry. D'une part, les résultats sont bons. Ils viennent de sortir un taureau mais ils sont en plus dans la dynamique de la diversification avec cette fromagerie et la vente drect. Le sujet est original et intéressant par le fonctionnement et l'organisation qui ont été mis en place pour y parvenir. Un ensemble d'éléments intéressants pour tous ».

Propos recueillis par Claire Le Clève.