L'Eure Agricole Et Rurale 11 septembre 2014 à 08h00 | Par L'Eure Agricole

Des productions, une récolte, des incertitudes

Blé, orge, colza, maïs, betteraves et pommes de terre font l’essentiel des assolements de ce département. Autour de deux questions : « Quels sont, à vos yeux, les faits marquants de cette récolte 2014 et comment appréhendez-vous le marché et ses perspectives ? », voici un interview croisé autour de ces productions euroises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© DR/DR)  © DR  © DR  © DR  © DR

Betteraves

Alexandre Quillet : « Ne pas trop semer en 2015 »

Quels sont les faits marquants de cette récolte 2014 ?
Un semis précoce et une absence de stress hydrique au cours de sa période de croissance ont permis à la betterave euroise de se préparer à flirter avec son record de 2011, et peut-être le dépasser si le climat nous le permet ; nous vendrons la peau de l’ours dès que la campagne sera terminée mais pas avant, et ce sera autour de la mi-janvier. 120 à 130 jours de campagne sera une norme habituelle au cours des prochaines années pour la Normandie betteravière, et c’est le prix à payer pour que la filière reste compétitive.


Comment appréhendez-vous le marché et ses perspectives ?
Nous venons de vivre une période euphorique pendant trois ans sous l’angle économique, même si les rendements des deux dernières années ont été inférieurs à la moyenne sur  5 ans. Mais cette période est terminée et le marché est très lourd. La betterave du « quota » bénéficie encore du prix minimum garanti jusqu’en 2016 inclus, mais celle du « hors quota » sera en forte baisse.

 

Lin

Jacques Fauvel : « Stabiliser les surfaces...

Quels sont les faits marquants de cette récolte 2014 ?
L’importante pluviométrie de l’été a rendu très difficile les opérations  de récolte du lin, de l’arrachage à l’enroulage. Tous les lins sont rentrés. Les rendements pailles sont bons, mais il est encore trop tôt pour évaluer les rendements filasses et leur qualité. Les résultats seront hétérogènes suivant la verse, les quantités de pluie et les dates de récolte.

Comment appréhendez-vous le marché et ses perspectives ?
Le marché des lins est toujours positif avec une demande soutenue. Difficile pour autant d’évaluer le niveau de stocks  en Chine et la durée de cette demande. Il ne faut pas envisager d’augmentation de surfaces en 2015 pour ne pas déstabiliser  le marché par une surproduction.


Grandes cultures

Régis Chopin : « Ne cédons pas à la panique... »

Quels sont les faits marquants de cette récolte 2014 ?
La récolte de blé en France s’achève à peine et  le premier bilan que nous pouvons en faire est très mitigé. Le volume, plutôt satisfaisant, est au rendez-vous. Le cru 2014 figure parmi les meilleurs du point de vue des rendements même si certaines régions ont souffert du sec printanier (Bourgogne, laines de l’Est). Toutes les régions avaient les yeux tournés vers les taux de protéines or rien de tout cela. Les pluies de juillet et d’août en ont décidé autrement, au sud comme au nord, au gré des maturités variétales.


(...)

Maîs, pomme de terre, oléoprotéagineux...
La suite de cet article dans l'Eure Agricole et Rurale du 11/09/14, pages 4 et 5

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui