L'Eure Agricole Et Rurale 23 mars 2017 à 09h00 | Par L'Eure Agricole

Vingt-sept installations aidées accompagnées par la chambre d'Agriculture

INSTALLATIONS L'équipe JA Conseil accompagne les candidats à l'installation en moyenne quatre ans. Zoom sur le profil des projets tantôt classiques tantôt innovants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour concrétiser son installation, le porteur de projet doit prendre le temps de se confronter à des réalités incontournables.
Pour concrétiser son installation, le porteur de projet doit prendre le temps de se confronter à des réalités incontournables. - © Jeanne Bailly

S'installer nécessite de se poser les bonnes questions. Depuis 1992, la chambre d'Agriculture de l'Eure dispose d'un service dédié à l'installation des jeunes. En 2016, les conseillers d'entre-prise ont aidé 64 porteurs de pro-jets dans la concrétisation et le suivi de leur installation. L'équipe JA Conseil accompagne les candidats à l'installation en moyenne quatre ans, à savoir un an avant leur installation (27 nouveaux porteurs de projets en 2016) et trois ans après qu'ils se soient installés. Elle peut également, par la suite, les conseiller dans la gestion de leur exploitation.

D'où viennent les candidats ?

Dans le cadre de la politique d'installation-transmission, le ministère de l'Agriculture a voulu un accueil unique et une coordination de l'accompagnement de proximité dans chaque département pour toute personne souhaitant s'installer en agriculture. Cette « porte d'entrée unique » est le Point accueil installation départemental. Depuis le 1er janvier 2015, la chambre d'Agriculture accueille donc tous les porteurs de projets. Ceux pouvant bénéficier des aides à l'installation sont dirigés vers le PAI/JA. Une centaine de porteurs de pro-jets ont pris contact en 2016. Une partie des candidats à l'ins-tallation contacte directement le service JA Conseil après avoir consulté le site Internet www.chambre-agriculture-27.fr, ou sur les recommandations d'une de leurs connaissances. La chambre d'Agriculture a réalisé deux fois plus d'installation en 2016. D'un côté, des installations classiques (deux installations en production laitière, quatre installations en vaches allaitantes, une installation en ovin, quatre installations équestres, deux installations en cultures Scop, ainsi que quatre installations en cultures avec un atelier complémentaire).

En parallèle, se développent également des projets peu consommateurs de foncier, ce sont dix installations en 2016 (maraîchage, héliciculture, pisciculture, production de champignons, élevage canin, deux fermes pédagogiques, apiculture, horticulture et une safranière).

Le plus tôt possible

Beaucoup de contacts et de rendez-vous sont nécessaires avant une éventuelle installation. Ils permettent d'écouter, de conseiller, d'orienter les jeunes agriculteurs. Pour concrétiser son installation, le porteur de projet doit prendre le temps de se confronter à des réalités incontournables : réaliser une étude de marché et une étude économique, trouver du foncier, des bâtiments, se former à son futur métier, avoir un minimum de capacité financière... L'installation prend donc du temps : il faut compter au minimum 6 à 9 mois pour l'instruction du dossier, mais le plus sou-vent 12 à 18 mois, voire 2 à 3 ans quand le candidat doit réaliser une formation ou se mettre en quête de foncier.

Il est capital d'anticiper au maximum son installation. Ainsi, dès que le projet commence à prendre forme, le candidat à l'installation doit prendre rapidement contact avec le PAI. Les rendez-vous, les formations, les conseils lui permettront de prendre en compte toutes les dimensions de son projet et de ne pas manquer une échéance. Plus un porteur de projet anticipe son installation, plus il a de chance de voir celui-ci se concrétiser.

Dans la continuité de son installation, l'agriculteur est amené à prévoir sa trésorerie, sa charge de travail, ses axes de développement, ... d'autant plus dans un contexte d'évolutions majeures : PAC, marchés, environnement, ... En ce début d'année, une quinzaine de jeunes agriculteurs voient leur suivi JA Conseil toucher à sa fin. La chambre d'Agriculture peut continuer à les accompagner par l'intermédiaire de ses services : conseils technique (grandes cultures, bovins lait, bovins viande...), gestion de leur exploitation (analyse économique, appui administrative) services bâtiment, formations...

Eric Taburet

Contact : Christine Thomas, 02 32 28 73 84, christine.thomas@agri-eure.com, www.chambre-agriculture-27.fr (rubrique Installation).

Donner toutes leurs chances aux projets

Dans un contexte économique difficile, les études de faisabilité permettent de s’assurer de la pérennité de son projet, d’avoir des arguments solides pour négocier un plan de financement auprès d’un organisme bancaire ou de repenser son projet pour qu’il puisse aboutir. C’est une étape essentielle, surtout pour les projets où la prise de risque est importante : clientèle à créer, production peu connue dans le département, investissement important, activité avec une forte concurrence… L’étude de faisabilité aide à préciser les conditions de réussite du projet.

 

EN CHIFFRES

L'équipe JA Conseil a réalisé en 2016 :

- 11 plan d'entreprise (PE) (5 en 2015);

- 16 dossiers de demande d'aides coup de pouce (ACP) (9 en 2015);

- 1 avenant au PDE ( 3 en 2015);

- 14 études de faisabilité économique (28 en 2015).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui