L'Eure Agricole Et Rurale 16 juillet 2014 à 08h00 | Par L'Eure Agricole

Une trentraine de tracteurs testés

Du 16 au 20 juin, la FDCuma de l’Eure organisait une campagne de banc d’essai.Une opération dont les résultats sont instructifs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FDCuma de l’Eure fait appel à la Fédération des Cuma 
de Bourgogne qui possède un banc d’essai ainsi qu’un opérateur dédié aux diagnostics moteur.
La FDCuma de l’Eure fait appel à la Fédération des Cuma de Bourgogne qui possède un banc d’essai ainsi qu’un opérateur dédié aux diagnostics moteur. - © (FDCuma de l’Eure)

La FDCuma de l’Eure a mis en place plusieurs campagnes de banc d’essai entre 2005 et 2010. Sollicitée par les agriculteurs, la FDCuma de l’Eure a  décidé d’organiser une nouvelle campagne de banc d’essai. L’opération a connu un véritable succès avec notamment près d’une trentaine d’agriculteurs qui se sont inscrits pour un passage au banc d’essai entre le 16 et le 20 juin. Il est envisagé de reconduire ce type d’opération sur l’année 2015. Retour sur les résultats obtenus, riches d’enseignements.
Maîtriser sa consommation
L’objectif premier de cette opération est de sensibiliser et d’informer les agriculteurs à la notion de maîtrise de la consommation des tracteurs agricoles.

(...)

Le second objectif est de faire prendre conscience à l’utilisateur l’importance de valoriser la puissance de son tracteur en fonction du travail à réaliser.

Une puissances supérieure à celle annoncée
L’élément premier pour un agriculteur lorsqu’il achète un tracteur est la puissance du moteur.
Les résultats du passage des tracteurs au banc d’essai révèlent, sur ce point, que :
- 10 % des tracteurs ont moins de puissance par rapport à ce que le constructeur annonce ;
- 31 % ont des valeurs proches ou identiques à celles annoncées par le constructeur ;
- 59 % ont des valeurs supérieures à celles annoncées par le constructeur.
La moyenne s’établit à + 9,28 % de puissance avec un écart compris entre - 19 % et + 26 %.
Cette augmentation de puissance a plusieurs origines : une bonne valorisation du fuel, un débit de pompe d’injection plus importante que la normale, un bon rodage, une bonne « conduite » du tracteur. Cependant, cette augmentation de puissance peut provoquer des frais d’entretien plus important pour l’agriculteur. En effet, les constructeurs qui vendent par exemple un tracteur pour une puissance de 100 cv, construisent des pièces mécaniques pour cette puissance et non pour un tracteur de 125 cv. Ainsi, il n’est pas rare de trouver des pannes dites « anormales » sur des boîtes de vitesses, des transmissions etc., à cause d’une puissance moteur trop élevée.
Les tracteurs qui n’atteignent pas la puissance annoncée par le constructeur ont en général comme problèmes, une mauvaise valorisation du fuel, un mauvais calage de pompe, ou plus simplement un encrassement du moteur dû à l’usure mécanique.La puissance moyenne des tracteurs passés au banc sur cette opération est de 170 cv.

Consommation spécifique et rendement du moteur
Autre mesure d’importance, la consommation spécifique en g/kW/h. C’est un indice sur le rendement du moteur. Plus la consommation spécifique est basse, plus le rendement du moteur est bon. Cette mesure permet également d’estimer les émissions de gaz du moteur.Dans les résultats du banc d’essai, la consommation spécifique des tracteurs varie de 204 à 271 g/kW/h avec une moyenne à 230 g/kW/h. Cette variation  s’explique par un moteur mal rodé avec des chemises de piston glacées, une pompe d’injection mal calée. Une consommation spécifique trop élevée a pour conséquence une mauvaise utilisation du fuel et donc une pollution.On estime qu’un moteur récent est bien réglé si sa consommation spécifique est inférieure à 230 g/kW/h. Pour les moteurs d’ancienne génération cette valeur augmente à 240-250 g /kW/h.
(...)

 


La suite de cet article dans l'Eure Agricole et Rurale du 17/07/14, page 05.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui