L'Eure Agricole Et Rurale 29 décembre 2020 a 08h00 | Par Laurence Geffroy

Un marché de Noël eurois de dernière minute.

Treize producteurs ont pu s’installer en centre-ville d’Evreux peu avant Noël, le week-end dernier.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La place du Général-de-Gaulle, à Evreux, a accueilli le marché fermier de Noël promu par la chambre d’agriculture de l’Eure, les 18 et 19 décembre 2020.
La place du Général-de-Gaulle, à Evreux, a accueilli le marché fermier de Noël promu par la chambre d’agriculture de l’Eure, les 18 et 19 décembre 2020. - © L. Geffroy

A la dernière minute et après l’annonce des dernières dispositions sanitaires, un marché de producteurs fermiers a pu se tenir avant Noël à Evreux, organisé par la chambre d’agriculture de l’Eure, en accord avec la municipalité. Les stands ont été installés vendredi et samedi dernier en extérieur sur la place du Général de Gaulle, devant l’hôtel de ville.*

 

SATISFAITS D’ÊTRE PRÉSENTS POUR LEURS CLIENTS

Treize producteurs eurois sur une vingtaine d’habitués ont pu venir, et si les ventes n’ont pas pu être pour eux aussi intéressantes qu’avec le marché traditionnel qui a lieu dans les locaux du Conseil départemental, ils se sont montrés néanmoins satisfaits d’être présents pour leurs clients. « Evidemment, nous serons loin des 300 000 euros de chiffre d’affaires que nous réalisons d’habitude sur 4 jours. Mais il fallait faire quelque chose pour rattraper cette absence au Conseil départemental qui amène beaucoup de monde. Certains producteurs réalisent 20 000 euros de vente à ce moment-là », explique Jean-Marie Lenfant, élu à la chambre d’agriculture et lui-même exposant. C’était important pour les clients mais aussi pour les producteurs, « le deuxième confinement a été plus dur pour nous », confirment-ils. La nouvelle étant tombée tardivement, il a fallu s’organiser rapidement, ce qui n’a pas permis à tous d’être présents. Un producteur d’agneaux par exemple n’a pas eu le temps d’abattre ses animaux, d’autres n’étaient pas équipés pour tenir un stand à l’extérieur pendant deux jours. Surtout, c’est le manque de temps pour faire de la publicité qui a manqué. Ce sont donc les clients habituels qui ont pu être contactés directement par les producteurs, ou les Ebroïciens qui passaient là par hasard, qui sont venus s’approvisionner peu avant Noël. Foie gras, bière de Noël, huile de colza, apéritif à la framboise et bien d’autres produits ont tout de même trouvé preneurs, d’autant que la météo a permis d’amener un peu de visiteurs. Pour Jean-Marie Lenfant, être présent physiquement et pouvoir échanger avec les consommateurs, c’était nécessaire et bien plus concret qu’une présence sur internet, qui est une vitrine utile, mais pas suffisante.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique