L'Eure Agricole Et Rurale 17 juin 2022 a 08h00 | Par CHRISTOPHE SOULARD

Un collectif agricole pour le chèque alimentaire.

La FNSEA, Jeunes agriculteurs (JA), La Coopération agricole et la Mutualité sociale agricole (MSA) ont lancé le 7 juin un collectif pour la mise en place d'un chèque alimentaire à destination des ménages les plus fragiles.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Des représentants de la FNSEA, Jeunes agriculteurs (JA), La Coopération agricole et la Mutualité sociale agricole (MSA) lors de la conférence de presse.
Des représentants de la FNSEA, Jeunes agriculteurs (JA), La Coopération agricole et la Mutualité sociale agricole (MSA) lors de la conférence de presse. - © © ACTUAGRI-CS

« Vendre moins cher ne détruit pas la précarité alimentaire. Il nous faut aider les plus précaires », a d'emblée indiqué la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert qui a tenu, tout comme Dominique Chargé, président de La Coopération agricole, a bien différencier deux phases : une première phase d'urgence qui doit permettre aux ménages aux revenus les plus modestes d'amortir le choc inflationniste et par conséquent pouvoir s'alimenter.

C'est d'ailleurs l'option prévue par le chef de l'Etat et le Gouvernement qui envisagent la mise en place d'un chèque alimentation. Celui-ci sera mis en place « dans le cadre du projet de loi d'urgence sur le pouvoir d'achat », a souligné, le 7 juin, la Première ministre, Élisabeth Borne.

Ce chèque alimentation, examiné lors de la session extraordinaire du Parlement pendant l'été, devrait prendre la forme d'une « aide versée directement sur le compte en banque, à la rentrée de septembre, en une fois, tenant compte naturellement du nombre d'enfants dans la famille », a-t-elle précisé.

 

FLECHAGE

Pour les organisations professionnelles agricoles, la seconde phase paraît la plus importante : celle d'un système « pérenne, simple et accessible ». Pérenne, c'est-à-dire « non conditionné à une durée précise ou une situation économique donnée » ; simple, « de manière à ce que les ayants-droit ne rencontrent aucune difficulté à y avoir accès et à l'utiliser » et accessible, « en permettant aux bénéficiaires de l'utiliser dans tous les canaux de distribution sans restriction afin de couvrir toutes les habitudes de consommation et tous les territoires », ont précisé les OPA. Pour les détails, « il reviendra au Gouvernement de définir le profil des bénéficiaires et le montant financier de l'aide à accorder », ont en substance plaidé les responsables agricoles. Cette mesure « doit couvrir sur le territoire l'ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire, sans exclusivité », a insisté Dominique Chargé. De même, le Gouvernement aura la charge de déterminer le meilleur moyen de flécher l'aide financière vers « une alimentation de qualité, en quantité suffisante, pour les populations vulnérables tout en participant à la relance économique pour la filière agricole et alimentaire ».

 

VARIABLE D'AJUSTEMENT

Par l'intermédiaire de sa présidente et de son responsable économique, Yannick Fialip, la FNSEA a rappelé l'importance de ne pas faire de l'alimentaire « l'alpha et l'oméga du pouvoir d'achat des ménages ». Les premières dépenses d'un ménage vont tout d'abord dans le logement, puis dans les déplacements et les connections (abonnements, smartphones...). L'alimentation qui ne représente plus aujourd'hui que 12 % des dépenses n'arrive qu'en quatrième position. « L'agriculture n'est plus en mesure d'être une variable d'ajustement du budget des ménages. Nous devons faire face à d'autres urgences comme la transition agroécologique », a plaidé Dominique Chargé. « Si l'alimentation était un peu plus chère, il y aurait peut-être moins de gaspillage », a ajouté Yannick Fialip. Reste que la « cause est noble », selon les termes d'Arnaud Gaillot, président des JA. La France compte environ 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté et la moitié bénéficie de l'aide alimentaire via le système associatif : Banques alimentaires, Restos du Coeur, Solaal, etc. « La solidarité fait partie de notre ADN », a expliqué Dominique Chargé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique