L'Eure Agricole Et Rurale 18 juin 2014 à 10h59 | Par F. carbonell

Syndicalisme - « Nous resterons un territoire agricole, reconnu pour sa performance et enclin au développement »

L’assemblée générale de la FNSEA 27 s’est tenue, le mercredi 11 juin, au lycée agricole du Neubourg. Une matinée statutaire bien chargée et un après-midi « offensif » sur plus d’un dossier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© FC) Amaury Levesque, président JA 27 © FC Eric Chanu, FNSEA 27 © FC Régis CHopin, président FNSEA 27 © FC Gérard Tubéry, le président de la Fop © FC

L‘amphithéâtre du lycée agricole Gilbert Martin a été occupé, mercredi dernier, par les travaux de l’assemblée générale de la fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles de l’Eure. Et le syndicat agricole majoritaire de ce département avait clairement posé les bases de cette journée en l’intitulant « Agriculture en danger ». Si la matinée fut consacrée à la vie de la structure, de son organisation et de sa santé financière (voir par ailleurs), l’après-midi a été consacré aux perspectives de l’agriculture, aux   « menaces » qui pèsent sur elle et aux inquiétudes de la profession et ce, dans toutes ses productions.


Expliquer ses atouts...
Eric Chanu, le secrétaire général et Régis Chopin le président de la FNSEA 27 sont ainsi revenus, tour à tour, sur la situation de l’agriculture euroise, française, européenne et mondiale. Avec une constante, cependant, autour de « l’incroyable superposition de contraintes administratives qui étouffent littéralement les agriculteurs » mais aussi et surtout sur les règles environnementales  « qui mettent à mal la production agricole dans son ensemble ».
Le secrétaire général a ainsi commenté plusieurs situations, notamment dans l’élevage, qui deviennent ubuesques. « Chacun sait ici que je ne suis pas un spécialiste dans le domaine de l’élevage mais je constate que le nombre d’élevages, dans ce département, décroît et surtout ces dernières années. Je connais aussi les difficultés quotidiennes liées à l’élevage et les contraintes qui s’y rattachent mais à ces contraintes « naturelles »,s’ajoutent des contraintes administratives. Sans oublier les contrôles…() Le métier est déjà difficile, alors, pourquoi en rajouter constamment… » Toujours dans ce sens, Eric Chanu est revenu sur l’Ecotaxe en déplorant « les conséquences d’une telle solution et les répercutions directes sur le client final à qui l’on fera payer ce coût supplémentaire du transport. Et croyez-vous que cela va dans le sens de la compétitivité de nos entreprises…() Je dis simplement stop au racket ! »

Le président de la FNSEA 27 a, de son côté, fait valoir les atouts de l’agriculture dans le secteur économique. Avec l’emploi, d’abord. « Le secteur agricole est le premier employeur de nos territoires ruraux. Et les emplois directs de production et de l’agroalimentaire  ainsi que les emplois indirects représentent  13 % de l’emploi national… » Avec la valeur ajoutée, ensuite… «
(...)
Des « repères » économiques positifs en faveur de l’agriculture. Seulement, Régis Chopin évoque alors la société française et ses contradictions face à l’agriculture…
(...)
Ou encore avec cette société qui  s’appuie à l’excès sur le principe de précaution. « Disposant de son propre jugement de valeurs, la société ignore totalement l’expertise scientifique. Elle s’empare alors du principe de précaution selon lequel « dans le doute, on ne fait pas »… Pour Régis Chopin, « en étant constamment sur ses gardes, la société adopte l’immobilisme et ajoute des réglementations plus rigoureuses en guise de rempart. Et, sans le savoir, elle entrave la recherche au point de priver notre secteur de progrès technologiques et d’innovations… »

…Et stopper la stigmatisation de l’agriculture
La pression de l’environnement sera aussi l’un des volets de l’intervention de Régis Chopin. Il ne sera pas le seul, d’ailleurs, puisque tour à tour Arnold Puech D’Allisac président de la FNSEA 76 et Gérard Tubéry, le président de la Fop, l’ont aussi abordé. (...)

 

 

 


Cet article dans son intégralité  ainsi que l'intervention de Gérard Tubéry, le président de la Fop dans l'Eure Agricole et Rurale du 19/06/14, pages 4 et5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui