L'Eure Agricole Et Rurale 21 octobre 2020 à 10h00 | Par Laurence Geffroy

Sur les traces de Pagnol.

Si les habitants de la vallée de l’Eure connaissent le coup de coeur du dramaturge marseillais pour la région, les autres Normands seront surpris de ce détail de la vie de Pagnol.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Propriété ayant appartenu à Marcel Pagnol à La
Croix-Saint-Leufroy.
Propriété ayant appartenu à Marcel Pagnol à La Croix-Saint-Leufroy. - © Laurence Geffroy

Quant on voyage du côté de Marseille, on entend forcément parler de Marcel Pagnol, tant son influence est encore présente dans la région si ensoleillée de Provence. Quant on se balade en Normandie, il est moins évident de tomber sur un lieu qui évoque le célèbre auteur de « Manon des Sources ». Et pourtant, à La-Croix-Saint-Leufroy, entre Gaillon et Evreux, sur la nouvelle commune de Clef-Vallée-d’Eure, une propriété a appartenu à Marcel Pagnol. Il s’agit d’un moulin que sa femme Jacqueline, actrice, décédée en 2016, utilisait encore récemment comme résidence secondaire.

Comment l’académicien s’est-il retrouvé parmi nos vertes prairies ?

Installé à Paris,la proximité de la Normandie l’aura sans doute séduit pour investir dans une maison de campagne, bien loin de l’ambiance et du climat qu’il décrit dans ses pièces à succès. Pagnol avait une passion pour les moulins.

Il en a habité plusieurs. Celui des sablons (XIIIe siècle) de La-Croix-Saint-Leufroy est encore visible à la sortie du village, et une plaque rappelant son passage a été apposé sur le mur en 1995. Si on suit la randonnée « la promenade de Marcel Pagnol » ou « Pagnol en vallée d’Eure » proposée par les offices de tourisme et les livres de randonnée, on peut l’apercevoir. La famille Pagnol l’a acquise dans les années 50. La femme du dramaturge tournait alors avec Bourvil un film dans l’Eure, au Neubourg et à Conches-en-Ouche, « le rosier de madame Husson », tiré d’une nouvelle de Guy de Maupassant et dont l’adaptation pour le cinéma avait été confiée à Marcel Pagnol. C’est grâce à ce tournage qu’ils ont connu le département. Attiré par l’eau, Pagnol aimait chercher des sources, fabriquer des barrages, des petits ponts, et il faisait naviguer de petits bateaux dans l’Eure pour son fils Frédéric.

Il a mis d’ailleurs ce dernier en pension à Verneuil-sur-Avre, dans un établissement privé appelé « l’école des Roches ». Dans cette maison euroise, il a écrit une partie de « Jean de Florette » et « Manon des Sources ». Son bureau avait une vue imprenable surle bras secondaire de l’Eure qui borde la propriété. Un cours d’eau qui d’après les historiens locaux, avait été creusé par les moines d’une ancienne abbaye bénédictine, fondée par Saint Leufroy d’Evreux en 694 et démantelée en 1751. L’eau a été largement utilisée dans cette région de l’Eure et c’est d’ailleurs à proximité de l’ancienne demeure de l’écrivain que sont encore installées des cressonnières, sur la commune de Cailly-sur-Eure.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique