L'Eure Agricole Et Rurale 16 février 2017 à 13h00 | Par L'Eure Agricole

Suivez les Eurois au salon de l'agriculture

RENDEZ-VOUS Du 25 février au 5 mars, le salon de l'agriculture reprend du service. Suivez le guide pour une visite 100 % euroise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © L.Geffroy

Le salon ouvrira ses portes samedi 25 février porte de Versailles, pour neuf jours de rencontres entre les acteurs de l’agriculture et les Français. En arrivant par l’entrée principale, porte A, le visiteur entrera dans le hall 1, celui de l’élevage où sont présentés les animaux de la ferme France. Pour y trouver une touche normande, direction le stand des AOC fromagères normandes près des vaches en concours. Car les 700 000 visiteurs viennent surtout pour cela, voir les animaux. Si peu d’éleveurs de l’Eure amènent des animaux, on peut citer au moins trois éleveurs ovins : Amélie Niel de Sacquenville pour ses moutons vendéens ; Emmanuel Mary de Saint-Pierre-les-Ifs pour ses Hampshire et Didier Bouchez pour ses Avranchins. Le lycée agricole du Neubourg présentera la vache Hessy en race normande et le centre médico-social d’Etrépagny des porcs de Bayeux et des chèvres poitevines.

Une touche plus euroise

Pour une touche encore plus euroise et parce qu’il n’y a pas que l’élevage à l’honneur, dans le hall suivant, le hall 2, l’odyssée du végétal présentera des outils innovants pour les cultures, comme un robot auto-nome de désherbage mécanique, une installation high tech d’irrigation, un drone, et un distributeur automatique de produits fermiers. Les visiteurs pourront monter à bord de la traditionnelle moissonneuse-batteuse et vivre la moisson à 360 ° à l’aide d’un casque de réalité virtuelle. Lundi 27 février et mardi 28 février, ce sont deux Eurois, Charles Baudart puis Christophe Guicheux, qui répondront aux questions du grand public. Petite nouveauté pour 2017, les boulangers de l’institut national de la boulangerie pâtisserie de Rouen réaliseront des démonstrations de fabrication de pain.

Mais l’Eure sera surtout présente dans le hall 3, celui des régions. « Un bel emplacement avec de la visibilité », note Sébastien Windsor, président d’Irqua-Normandie. Le pavillon Normandie abritera sur 500 mètres carrés les démonstrations des cinq départements venus présenter leurs atouts. Sur la place du village, la maison cidricole de Normandie renouvelle son bar à cidres. Par exemple, Stéphane Van Tornhout, producteur de cidre rosé à Gauciel, fera déguster son pétillant de pomme rouge dès l’ouverture samedi 25 février. Ce même jour, le département de l’Eure organise une journée des confitures sur son stand en partenariat avec la filière sucre. « Aujourd’hui, les consommateurs recherchent des produits de qualité dont ils connaissent l’origine et en période de crise, les producteurs recherchent de la valeur ajoutée,explique Sébastien Windsor. Avec une histoire connue dans le monde entier, la Normandie est bien positionnée. Un seul pavillon, des animations communes mais chaque département affichera ses spécificités ». Sur le stand de l’Eure, agriculture de précision, innovations et circuits courts seront les points mis en avant. Mercredi 1er mars, dans un espace dédié, le département de l’Eure organisera des conférences sur ces thèmes.

Dans le pavillon Normandie, un espace a été conçu pour que les producteurs puissent vendre. Une vingtaine d’Eurois seront présents à tour de rôle pour proposer charcuterie, huile, farine, pommes, produits lai-tiers, safran et viande, sur une centaine de Normands présents cette année (voir encadré). « C’est ce que les visiteurs attendent. Découvrir les spécificités des régions mais aussi le contact avec des producteurs. L’occasion de faire passer un message au consommateur pour qu’il fasse plus attention à ce qu’il y a dans son assiette », poursuit Sébastien Windsor.

Quatre-cents produits normands

Le concours général agricole se passe aussi en coulisses. Dans un hall non accessible au public a lieu le concours des produits. Quatre-cents produits normands seront présentés cette année. « Le concours général agricole est important pour les producteurs et en même temps cela permet une promotion de la région », explique Daniel Génissel, président de la chambre régionale d’Agriculture de Normandie. Ce der-nier annonce la participation en hausse des Normands.

Laurence Geffroy

Des produits eurois à Paris

De nombreux produits eurois en vente au SIA :

- Myriam Duteil, le domaine de Gauville, pour le safran, les 26, 27 février, ainsi que le 5 mars

- Ludovic Rivière, de Saint-Pierre-du-Mesnil, pour la filière lin et chanvre sera présent les 25 février, 4 et 5 mars ;

- La famille Delavoipière, à Rougemontier, proposera ses produits variés les 25 février, 4 et 5 mars;

- Amandine et Damien Mercier, de Trouville-la-Haule feront découvrir leur production de frites fraîches le 26 février ;

- Charles Baudart, de Jouy-sur-Eure, producteur de volailles et de pommes, rencontrera les visiteurs le 27 et 28 février ;

- Maxime Sampers, de Romilly-la-Puthenaye, valorise ses fraises en boisson et sera présent les 26 février, 2 et 3 mars ;

- Christophe Guicheux, jeune agriculteur de Sylvains-les-Moulins, proposera lapins et agneaux le 28 février ;

- La ferme des peupliers et ses yaourts sera présent le 28 février et le 1er mars. Elle proposera d’ailleurs des animations pour les plus jeunes au jardin des p’tits gourmands ;

- Clémence Thirouin, de Hennezis, proposera ses chips de légumes les 2 et 3 mars ;

- Laetitia Dumont de la ferme saint aubinoise (viande) sera présente le 28 février, le 1er et le 5 mars ;

- Eric Doré de Boisemont appor-tera son cidre les 2 et 3 mars ;

- Nicolas Pinel de Morainville-Jouveaux proposera huile et cidre le 4 mars ;

- Frédéric Lamblin et ses 1001 légumes sera sur place les 1er et 2 mars ;

- Michel Galmel, de Tilly, propo-sera son cidre les 1er et 4 mars.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui