L'Eure Agricole Et Rurale 12 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Eure Agricole

Sénalia qui rit, Sénalia qui pleure

GRANDES CULTURES L'union de coopératives Sénalia a réuni professionnels et acteurs de la filière céréalière à Paris le 6 janvier. Le meilleur comme le pire sont arrivés ces deux dernières années...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec une récolte de blé en chute de 30 %, les volumes expédiés par l'entreprise devraient dégringoler de 66 %, selon les estimations du groupe.
Avec une récolte de blé en chute de 30 %, les volumes expédiés par l'entreprise devraient dégringoler de 66 %, selon les estimations du groupe. - © Senalia

La réunion d’information de Sénalia, organisée le 6 janvier à Paris, a permis aux 350 acteurs de la filière céréalière présents de faire un point sur les campagnes passée, à venir et sur le contexte mondial des marchés. Le directeur de l’union de coopératives, Gilles Kindelberger, prévient d’emblée : après une année record d’exportation de céréales avec 5,2 millions de tonnes en 2015/2016, Sénalia qui exploite les terminaux céréaliers du port de Rouen, connaîtra sa pire campagne, avec seulement 1,8 millions de tonnes chargées pré-vues en 2016/2017. Avec une récolte de blé en chute de 30 %, les volumes expédiés par l’entreprise devraient dégringoler de 66%, selon les estimations du groupe. « Des mois à 30 000 tonnes, je n’avais jamais vu cela La récolte a été abondante et la qualité a permis de renouer avec des marchés exigeants. Ainsi, l’Algérie (32 % des exportations) et le Maroc (28 %) ont retrouvé les premières places, suivis par la Chine (17 %) pour de l’orge fourragère et l’Arabie Saoudite (5 %). A noter que l’Inde fait son retour avec les protéagineux . En conclusion, Thierry Dupont, président de Sénalia, a annoncé que l’entreprise poursuit ses investissements dans les outils, dans les hommes et contribue, par sa participation active aux réflexions de la filière, à l’amélioration de la compétitivité des agriculteurs. « Il ne faut pas renoncer,mais il faut se donner les moyens de produire davantage, de monter en qualité, d’innover, d’investir, de sécuriser et de prospecter les marchés. »

En 2015/2016, les principaux investissements ont porté sur le démarrage d’un nouveau portique de chargement au silo de la presqu’île Elie, pour un coût de 2,5 millions d’euros. Un émotteur/épurateur a aussi été mis en place sur le site pour pré-nettoyer les céréales. Ces investissements ont été récompensés par un prix pour la protection de l’environnement, les IBJ Awards, en novembre dernier.

Laurence Geffroy

INTERCEREALES

Intercéréales est l’interprofession française représentative de la production, la commercialisation et la première transformation des céréales (blé tendre, blé dur, orge, maïs, avoine, triticale, seigle, sorgho et riz).

Créée à l’initiative des organisations professionnelles du secteur céréalier, elle a été reconnue officiellement par les pouvoirs publics par arrêté du 19 décembre 2003.

L’interprofession a pour objet de développer les filières céréalières en France.

Elle finance Passion céréales dont le but est de promouvoir la filière, Arvalis à 50 % et France export céréales en totalité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui