L'Eure Agricole Et Rurale 12 septembre 2012 à 11h17 | Par propos recueillis par L. Brémont

salariés - Répondre aux besoins en main d’œuvre sur les exploitations

Patrice Noël, président de Service de remplacement Eure fait le point sur la constitution du groupement d’employeurs “Agri emploi Eure”.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © LB

Il y a quelques semaines, Service de remplacement Eure, la FDSEA de l’Eure et Jeunes Agriculteurs de l’Eure lançaient un groupement d’employeurs “Agri Emploi Eure”.Patrice Noël, président de Service de remplacement Eure fait le point.



Pouvez-vous nous rappeler les origines de la création de ce groupement d’employeurs ?

De nombreuses exploitations ont  des besoins en terme de main d’œuvre, sans être forcement en mesure d’employer un salarié à plein temps. Embaucher un salarié est complexe pour un chef d’exploitation. Cela demande du temps : définition du poste, recrutement, démarches lors de l’embauche... Et s’il s’agit de proposer quelques heures de travail par mois, ou sur une courte période, trouver un candidat devient impossible. Le groupement d’employeurs est une solution efficace dans ces situations. Le temps est venu de mettre en lace une telle structure.Car ces problèmes de main d’oeuvre s’accentueront dans les années à venir.



Quel est le mode de fonctionnement d’une telle structure ?

Les agriculteurs qui ont des besoins se font connaitre auprès du groupement d’employeurs.Et ce, quelque soit la nature de l’emploi (travaux agricoles, administratifs, maçonnerie...), la fréquence (hebdomadaire, mensuelle...) et la répartition sur l’année.Le groupement d’employeurs trouve les salariés, réalise les planning d’intervention sur les exploitations, établit les bulletins de salaires, les déclarations et les factures. Il n’y a rien de plus simple. En regroupant les besoins de plusieurs agriculteurs, il devient possible de proposer des temps pleins et des CDI.Et donc de recruter et de “fidéliser” des salariés qualifiés. Tout le monde est ainsi gagnant. Le groupement d’employeurs répond aux besoins en main d’oeuvre et crée des emplois. Il s’agit là d’une  démarche riche économiquement et humainenement.Partager un salarié, c’est, à coup sur, échanger des idées, bénéficier d’un regard neuf et extérieur... (Mais bien entendu, le salarié a une obligation de confidentialité).


(...)

Retrouvez la suite de cet interwiev ainsi que la réaction de Régis Chopin, président de la FDSEA de l'Eure, sur le groupement d'employeurs dans l'Eure Agricole du 13 septembre 2012, page 6.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui