L'Eure Agricole Et Rurale 20 mars 2013 à 11h23 | Par L.Brémont

Salariat - Salariées agricoles et étudiantes : des progrès possibles et attendus

L’assemblée générale de l’Asavpa, le 9 mars àGuichainville, a été l’occasion de réaliser un bilan très instructif, notamment, sur les salariées agricoles dans l’Eure.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Stéphane LEITENBERGER
En 2011, 23,9 % des salariés eurois dans le secteur agricole et de l’environnement étaient des femmes. Forte de ce constat, l’Asavpa a choisi de se pencher sur le profil de ces salariées et sur la place des filles dans les filières scolaires et agricoles.Pour cela, deux intervenants étaient conviés à l’assemblée générale de l’Asavpa le 9 mars dernier à Guichanville.
Salariées : des progrès possibles dans l’EureJean-Pierre Ségura, chargé de mission emploi de la Draaf de Haute-Normandie a tout d’abord dressé un portrait des salariées dans le secteur agricole dans l’Eure, sur la base des données 2011. Ainsi, on constate que les 1 589 salariées sont employées à 88,7 % dans des activités agricoles(1) et 11,3 % dans les activités de l’environnement végétal(2). Ces femmes représentent 23,9 % de la population salariée de ces deux secteurs.Au niveau national (hors viticulture), ce pourcentage est plus élevé : 33,1 %.Du côté de la rémunération, en moyenne, les salariées euroises sont rémunérées 5,4 % de moins.Sur le plan national, cette différence n’est que de 2,5 %.Concernant la durée moyenne de travail, elle est de 0,63 ETP (équivalent temps plein) pour un homme et de 0,44 ETP pour une femme.Une salariée euroise travaille donc, en moyenne, 2,26 mois de moins par an.Une différence qui n’est que de 1,86 mois pour la France.En revanche, lorsque l’on observe l’évolution globale des effectifs féminins entre 2001 et 2011 dans l’Eure, on constate une augmentation réelle. Jean-Pierre Ségura conclut son exposé en soulignant que “ce bilan montre qu’il est possible de développer les effectifs des salariées dans l’Eure.De même, il est possible de diminuer les écarts de salaires, principalement en améliorant le taux d’occupation dans l’emploi.”
Quand les filles sont en minorité en classe...Seconde intervention, très instructive, celle de Thierry Clabaut, de la SFRD Normandie.Il a présenté un projet pilote en Basse-Normandie “Filagri”. Ce projet est parti d’un constat : “L’enseignement technique agricole compte 50 % de jeunes filles.Ce chiffre cache de grandes disparités : les domaines de la production, de l’aménagement et de l’agroéquipement sont choisis à 80 % par des garçons.Les domaines des services et des activités hippiques comptent 80 % de filles.” Ainsi, dans certaines filières, les jeunes filles sont minoritaires.Filagri visait à identifier :- les problèmes rencontrés durant leur scolarité par ces jeunes filles (moins de 30 % des effectifs d’une classe) ; - les freins à leur insertion professionnelle ;- les moyens d’accompagnement.
(...)
La suite de cet article dans l'Eure Agricole du 21/03/13, page 06
- © LBrémont
L’Asavpa va bien

L’association euroise des salariés de l’agriculture se porte bien.Le bilan de l’année 2012 laisse apparaitre un nombre d’adhérents constant.Cet effectif devrait même augmenter en 2013, grâce à un mailing envoyé (485 personnes ciblées) en partenariat avec la MSAen 2012 et qui porte déjà ses fruits (environ 5 % de retour).Les activités sont en légère augmentation avec 123 (103 personnes en 2011) personnes qui ont participé à 26 journées pratiques (20 journées en 2011).
(...)
La suite de cet article dans l'Eure Agricole du 21/03/13, page 06

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui