L'Eure Agricole Et Rurale 14 novembre 2018 à 14h00 | Par L'Eure Agricole

S’arrêter enfin à Verneuil-sur-Avre

Verneuil-sur-Avre est une ville qui vaut le détour. Aux confins de la Norman- die, cette ancienne cité fortifiée a conservé de nombreux bâtiments médiévaux, qui lui confèrent un charme rare.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © cbaudart

En empruntant la RN12, on ne voit de Verneuil-sur-Avre que des bâtiments industriels, des pavillons, une zone commerciale, une station-service

désaffectée : rien qui ne laisse présager un si grand et si joli centre-ville. Fondée au XIIe siècle, la ville conserve de très nombreux bâtiments médiévaux en pierre ou en bois, civil, militaire ou religieux. Une balade dans ses rues est une belle occasion de remonter le temps.

Ville frontière fortifiée, Verneuil occupait une position stratégique jusqu’au ratta- chement de la Normandie à la France, au XVIe siècle. Les remparts sont encore largement visibles en de nombreux points de la ville.

Les ruines de l’ancienne église Saint-Jean donnent un vrai charme à la place du même nom. La ville conserve 7 églises, dont 2 encore affectées au culte. Plus loin, la rue de la Madeleine, axe principal de la ville ancienne, aligne les demeures médiévales et les hôtels particuliers. Construites au XVe et XVIe siècles par des marchands ou de riches bourgeois, elles sont souvent restaurées avec goût. La ville compte 15 bâtiments inscrits ou classés monuments historiques. Ainsi, la maison à tourelle et son décor sculpté, dans lequel est installée la bibliothèque municipale. Une autre

belle maison à tourelle est visible rue Notre-Dame et témoigne de l’opulence de son premier propriétaire. Sa tourelle à encorbellement cache un très riche décor sculpté. Le pignon est remarquable pour son damier de pierre calcaire et briques. Détruit au XVIIe, il ne subsiste du château que l’église – l’église Saint-Laurent, au- jourd’hui salle d’exposition - et le donjon, appelé Tour grise. Cette Tour grise doit son nom au matériau qui la compose, le grison, une pierre ferrique bien connue localement. Construite sur ordre de Phi- lippe Auguste, cette tour manifestait la domination royale sur la ville. Avec ses murs de 4 m d’épaisseur, elle fut le témoin de nombreux combats entre Anglais et Français avant d’être transformée au XIXe siècle en hôtel-restaurant atypique. De son sommet, la vue est imprenable sur la ville. Mais le chef d’œuvre, c’est la tour de la Madeleine. Véritable vigie sur la ville, cette tour d’église domine la cité du haut de ses 56 m. Expression de la richesse passée de Verneuil, cette tour gothique compte trois étages. Le décor minimaliste du rez- de-chaussée fait place à d’innombrables flammes, pinacles, sculptures et statues au dernier étage. Un diadème de dentelle de pierre coiffe la tour. Flamboyant !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui