L'Eure Agricole Et Rurale 15 mai 2013 à 10h37 | Par propos recueillis par F. Carbonell

Rendez-vous - “L’enjeu de l’eau nous concerne tous ”

Les rencontres de l’Agr “eau”nomie organisées par la cellule d’animation du Bac Iton, ce mardi 4 juin prochain au lycée Edouard de Chambray, se préparent. Parmi les acteurs de ce rendez-vous, le directeur de l’exploitation du lycée Patrice Duhamel. Il répond à nos questions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
les outils technologiques et de modulation seront abordés au cours de cette journée.
les outils technologiques et de modulation seront abordés au cours de cette journée. - © (M.Portier)

Qu’est-ce qui a poussé le lycée agricole, avec la cellule d’animation Bac Iton, à organiser cet après-midi d’échanges autour de l’Agr’eauNomie ?
Patrice Duhamel : Le lycée exploite des parcelles sur le Bac. L’enjeu de l’eau nous concerne tous et nous avons déjà organisé un évènement en partenariat avec l’animatrice du bassin versant de l’Iton le 5 février 2013 qui avait été très enrichissant. Le lycée est fortement impliqué dans une démarche “pilote” concernant la réduction des intrants phytosanitaires avec ses 3 systèmes de cultures (agriculture biologique, agriculture intégrée et agriculture de précision).
Ce partenariat est l’occasion de faire partager nos travaux. La journée du 4 juin permettra d’échanger, partager entre agriculteurs et conseillers autour de techniques conciliant agriculture et protection de l’eau.

On parle d’échanges multi-partenarial avec cette organisation.  Pouvez-vous préciser ?
Lors de cette journée, de nombreux acteurs du monde agricole seront présents en tant qu'intervenants : Défisol, le GrabHN, la chambre d’Agriculture 27, le conseil Général de l’Eure, l'agence de l’Eau, les animateurs de différents bassins versants, Cap Seine, les défis Ruraux, Biocer...


Plus globalement,  les questions liées  à l’environnement accompagnent le quotidien des agriculteurs.  Cet accompagnement est aussi celui de la formation. Votre rôle, en tant qu’établissement d’enseignement, est d’accompagner cette évolution. Mais comment, concrètement ?
Sur l’exploitation du lycée, nous avons mis en place 3 systèmes de cultures visant à réduire l’usage des intrants (produits phytosanitaires et engrais) dans un but expérimental et pédagogique : 92 hectares en agriculture de précision avec modulation des engrais, 48 ha en agriculture intégrée et 91 ha en agriculture biologique pour l’alimentation du troupeau de 60 vaches limousines bio. Nos élèves et étudiants visitent les dispositifs agronomiques, les étudient et les analysent. Par l’utilisation d’outils de diagnostics, ils contribuent à faire évoluer les trois systèmes. Nous souhaitons sensibiliser nos apprenants à des techniques innovantes qui visent à préserver l'environnement tout en maintenant un niveau de productivité important et un niveau de rémunération équivalent à ceux des agriculteurs de l’Eure.

Lors de cet après-midi, des ateliers sur parcelles seront proposés avec, par exemple, une approche technique autour du désherbage mécanique.
Lors de cet après-midi, des ateliers sur parcelles seront proposés avec, par exemple, une approche technique autour du désherbage mécanique. - © (Mischler)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui