L'Eure Agricole Et Rurale 12 mars 2014 à 08h00 | Par F.Carbonell

Rencontre - Pacte de compétitivité : afin que l’agriculture ne soit pas « laissée pour compte »

Les dossiers d’actualité qui accompagnent la profession agricole sont régulièrement « partagés » avec les parlementaires eurois.Entre échanges courtois et soutiens utiles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FC

Pas de temps mort pour cette énième rencontre entre les responsables de la FNSEA27 et les parlementaires de l’Eure lundi dernier au siège de la maison des agriculteurs à Guichainville. Et d’une fois sur l’autre, les dossiers d’actualité font l’objet d’analyses parfois différentes selon les acteurs présents mais aussi, il faut le dire, très souvent partagées.

Régis Chopin, le président de la FNSEA 27 a donc une nouvelle fois conduit les débats du jour avec, en fil rouge, les états généraux de l’Agriculture du 21 février dernier à Paris. L’occasion  pour le président de reprendre les raisons qui ont poussé l’ensemble des acteurs de la profession agricole à se mobiliser de la sorte...

« Il nous faut arriver à libérer les énergies pour reprendre le chemin du développement, de la compétitivité et de l’innovation » réaffirme le responsable du syndicalisme agricole eurois. « L’augmentation des charges et des contraintes administratives et réglementaires, la complexification dans l’exercice du métier, notre image parfois troublée par des dossiers médiatisés qui ne reflètent pas la réalité sont autant de découragements et de freins aux initiatives prises pour redynamiser les filières. Il est urgent d’inverser la tendance, de donner de l’ambition à la politique agricole de notre pays et ainsi la replacer au cœur des priorités de la politique économique française... »

Trois axes forts
Des priorités traduites en trois axes forts (l’emploi, la modernisation et la simplification) dans le cadre de ces états généraux auxquels, rappelons-le, plusieurs ministres ont pris part dont Stéphane Le Foll pour l’agriculture et Philippe Martin pour l’Environnement. Il fut question d’abord d’un « état des lieux » de l’agriculture  avec, notamment, « ce recul inquiétant de la France dans le commerce international des produits agricoles et agroalimentaires ». Et, sur le sujet, il fut rappelé qu’après avoir occupé le rang de deuxième exportateur mondial de produits agricoles et agroalimentaires derrière les Etats-Unis, la France est « sortie » du podium puisqu’elle est aujourd’hui  cinquième derrière les Pays Bas, l’Allemagne et le Brésil. Dans ce constat, il faut aussi relever la perte de vitesse de plusieurs filières comme celles des fruits et légumes, des volailles notamment...

 

La suite de cet article dans l'Eure Agricole et Rurale du 13/03/14, pages 4 et 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui