L'Eure Agricole Et Rurale 08 février 2012 à 14h42 | Par L'Agriculteur Normand et L'Eure Agricole

Race normande - Un bel exemple et de belles perspectives

L’élevage de Bruno et Philippe Delonguemare à Bouquelon a accueilli la journée filière qualité race normande, organisée le 1er février dernier. Une rencontre enrichissante.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le temps d’une présentation au Gaec Delonguemare à Bouquelon. (© (FC))

Bien que la participation à cet après-midi consacré à la filière qualité race normande ne fut pas exceptionnelle, cette réunion technique orchestrée par Sophie Lefèvre de l’ADPA 76* et Régis Laffay de l’AREVN 27* a tenu toutes ses promesses.


Une présentation détaillée

D’abord, par la qualité de l’élevage qui a accueilli les visiteurs du jour. Le Gaec de Bruno et Philippe Delonguemare, à l’heure de sa visite, a permis d’apprécier la conduite d’un élevage laitier normand performant (voir Eure Agricole du 09/02/12, page 5). Il faut dire qu’au-delà de la performance technique et économique de cet élevage de Bouquelon, le témoignage des éleveurs du Gaec permet aussi de comprendre avec quelle passion ils conduisent leur exploitation. Et même si la passion ne fait pas tout, elle contribue sûrement au développement d’un pareil élevage. Après la visite, c’est en salle que les visiteurs-éleveurs se sont retrouvés pour évoquer les filières en race normande. Ce fut ainsi Sophie Lefèvre qui a d’abord détaillé les trois filières en race normande concernées. Une présentation qui a porté d’abord sur  les cahiers des charges  mais également sur les plus values éleveurs et les lieux d’abattage.



La filière FQRN  et ses évolutions

Dans la foulée, le président de la filière qualité race normande, Michel Hamel, a fait part des différentes évolutions de cette filière FQRN.         Ainsi, compte tenu d’une demande croissante de l’enseigne Carrefour, il est prévu un accroissement d’environ + 25 % des besoins par rapport à 2011, notamment avec la mise en place de viande issue d’animaux en filières qualité dans les Carrefour Market (anciens magasins    Champion).

Autre information importante  apportée par le responsable régional : les éleveurs engagés dans la filière FQRN pourront aussi commercialiser leurs bœufs normands dans cette filière. Enfin, la participation de Carrefour sur les frais d’approche a été majorée  de 0,07 à 0,09 € / Kg, ce qui amène pour l’éleveur un avantage de + 0,08 (plus value FQRN)+ 0,09 (prise en charge des frais d’approche) soit +0,17 € /Kg. Enfin, Michel Hamel a rappelé que les animaux destinés à la filière étaient abattus principalement sur les sites de Socopa Coutances (50) et Elivia Villers bocage (14). Quant aux frères Delonguemare, ils ne cachent pas leur intérêt pour la filière FQRN. D’abord, pour leurs vaches normandes  mais aussi, en BNR, pour leurs boeufs normands abattus à moins de 30 mois.

Dans les deux cas, ces “produits” profitent d’une  bonne valorisation grâce à cette démarche qualité avec une plus value de 0,18 €Kg et une prime de saisonnalité de 0,10 € /Kg.

* ADPA 76 : association de développement des productions animales         de Seine Maritime.


*AREVN : association régionale des éleveurs de viande de Normandie.

Retrouvez le témoignage de Philippe et Bruno Delonguemare, dans l'Eure Agricole du 09/02/12, page 5

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui