L'Eure Agricole Et Rurale 10 janvier 2022 a 08h00 | Par Damien HARDY

Pourquoi s'intéresser à l'autonomie protéique des élevages ?

En produisant des plantes riches en protéines ou en nourrissant différemment ses troupeaux, l'élevage français peut réduire sa dépendance aux importations de soja sud-américain. Explication des enjeux.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

En produisant des plantes riches en protéines ou en nourrissant différemment ses troupeaux, l'élevage français peut réduire sa dépendance aux importations de soja sud-américain. Explication des enjeux.

 

La France importe chaque année 1,5 million de tonnes de tourteaux de soja. 44 % des tourteaux de soja sont consommés par les ruminants, essentiellement par les vaches laitières. En important ces plantes riches en protéines, l'élevage français se rend dépendant de matières premières et des fluctuations des marchés mondiaux. En ce moment, les cours élevés des matières premières de l'alimentation animale incitent à valoriser davantage ses propres fourrages riches en protéines (légumineuses, protéagineux, prairies multi espèces...) ou à substituer le soja importé par d'autres tourteaux produits localement.

Autre problème, le soja importé en France est principalement produit en Amérique du Sud. Or, sa culture est l'objet de controverses. En effet, son extension se fait aux dépens de la forêt amazonienne, des savanes du Cerrado ou de la pampa argentine. En plus de contribuer à la déforestation, le soja sud-américain se cultive souvent en monoculture, avec des semences OGM et en utilisant beaucoup de produits phytosanitaires. Le bilan carbone d'aliments produits à l'autre bout de la planète n'est pas non plus des plus reluisants. Autant de griefs de moins en moins acceptés par les citoyens-consommateurs européens qui obligent l'élevage à adapter ses pratiques.

L'Etat français s'est inquiété de cette situation et a lancé l'an dernier une stratégie protéines végétales qui se base sur une aide aux investissements matériels, un appui à la structuration des filières et un vaste programme de recherche et développement. Ce programme, Cap Protéines de recherche, innovation, développement et transfert est piloté pendant deux ans (2021-2022) par Terres Inovia et l'Institut de l'élevage. La partie élevage de Cap Protéines comporte une trentaine d'essais agronomiques et zootechniques, le suivi de 330 fermes pilotes et la création d'une vingtaine de plateformes de démonstration dans les lycées agricoles. Nous partagerons avec vous cette année dans ces colonnes les résultats de ce programme et des solutions pour accroître l'autonomie protéique des élevages.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique