L'Eure Agricole Et Rurale 11 mai 2017 à 08h00 | Par L'Eure Agricole

Pourquoi le numérique est devenu incontournable

La FNSEA de l’Eure invite à son assemblée générale Herve Pillaud, l’un des premiers ageekulteurs, auteur d’un livre sur la révolution numérique en agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © clemend pillaud

Hervé Pillaud est éleveur de vaches laitières dans le sud de la Vendée, mais c’est surtout un agriculteur ultraconnecté. C’est un adepte des réseaux sociaux et de l’agro-numérique, d’où le titre de son livre paru en 2015, « agronuméricus ». Drones, robots, capteurs… L’agriculture n’est pas en reste dans l’évolution de la technologie avec le développement de nouveaux outils. Un sujet qui passionne cet éleveur pour qui « big data » n’est pas un gros mot, mais un sujet sur lequel il faut rapidement se pencher pour que cela profite aux agriculteurs et qu’ils puissent conserver leur liberté.

Il écrit également dans son livre que le marché devient « glocal » avec internet. Kesako ? Il explique que le monde est désormais un village, mais avec un consommateur exigeant sur la traçabilité. D’où le succès des circuits courts. Le point fort de ceux-ci, c’est la communication directe entre le producteur et le consommateur. Pour les circuits longs, peut-être faut-il s’en inspirer, car internet ne connait pas de frontières. Et quoi de mieux comme outil que les réseaux sociaux pour développer cette communication ? C’est un vrai challenge pour la profession.

Hervé Pillaud s’intéresse également aux possibilités de financement des projets des agriculteurs qu’offre la toile. Le crowdfunding est un exemple. Il met en relation directe via un site (par exemple miimosa.fr) les porteurs de projets et le grand public qui souhaite voir ce projet aboutir, moyennant une petite participation. Dans l’Eure, le crowdfunding ou financement participatif a pu permettre la création d’un ice-truck fermier (20 000 euros récoltés), la mise en place de parcelles d’agroforesterie (10 300 euros récoltés) et la création d’une salle de découpe (4 255 euros récoltés). C’est bien le numérique qui a rendu cela possible.

L’intervenant, très impliqué dans les réseaux sociaux, encourage les agriculteurs à interagir avec les internautes. Il pense qu’ils sont encore trop « observateurs », plus qu’ « intervenants ». Mais depuis quelques temps, les initiatives de communication se développent. Citons agriskippy pour l’Eure, un éleveur qui ose parler du bien-être animal sans tabou sur les réseaux sociaux, youtube ou twitter, et il remporte un certain succès ! Une autre initiative qui mérite d’être soulignée est celle de la FOP qui met sur le devant de la scène (vers le grand public) des producteurs d’oléo-protéagineux. Fabrice Moulard, président de la FNSEA de l’Eure, le premier, participe à cette opération, visible sur terresoleopro.com. De petites vidéos, avec des images et pas de longs discours. C’est le secret d’une communication réussie.

 

A noter

L’assemblée générale publique de la FNSEA de l’Eure se tiendra jeudi 18 mai à 15h au hall des expositions d’Evreux. L’intitulé de la table-ronde est « de la fourche au numérique, vers une agriculture durable et connectée ». L’auteur-conférencier Hervé Pillaud répondra aux questions de la salle. A noter également la participation d’Eric Thirouin, membre du bureau et président de la commission environnement de la FNSEA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui