L'Eure Agricole Et Rurale 17 décembre 2014 à 08h00 | Par Cyril Cornille

Plus haut et plus fort pour la coopérative Cap Seine

Le 5 décembre dernier, Cap Seine a tenu son assemblée générale à Grand-Quevilly. Une réunion-bilan dense et... résolument tournée vers l’avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Jacques Prévost, président de Cap Seine : « Il faut être lucide : une coopérative doit – désormais – atteindreunecertainetaille sielle veut perdurer. Oui, Cap Seine s’est inscrite résolument dans cette logique. Nous sommes aujourd’hui dans le Top 20 des coopératives de France mais allons gagner, dans les prochaines années,
de nouvelles places… »
Jean-Jacques Prévost, président de Cap Seine : « Il faut être lucide : une coopérative doit – désormais – atteindreunecertainetaille sielle veut perdurer. Oui, Cap Seine s’est inscrite résolument dans cette logique. Nous sommes aujourd’hui dans le Top 20 des coopératives de France mais allons gagner, dans les prochaines années, de nouvelles places… » - © DR/DR

Les fondamentaux de la coopération sont les hommes et le territoire. Est-ce suffisant pour affronter l’avenir et être un acteur économique reconnu ? Le monde évolue. L’étude menée par Yves Pelle, économiste et spécialiste des coopératives agricoles, « Sécuriser la chaine d’approvisionnement alimentaire mondiale », met en évidence cinq tendances lourdes, qui obligent à réfléchir aux nou- veaux besoins des clients et des consommateurs. La hausse démo- graphique, notamment en Asie et en Afrique, impliquera de nouvelles capacités de production. Ces nouveaux bassins de consommation, plus éloignés, mais aussi plus urbanisés (en 2050, 70 % de la population vivra en ville) induiront de nouvelles habitudes. Parallèlement, la croissance économique des pays émergeants obligera les entreprises à rester compétitives et efficaces, pour ne pas perdre la création de valeur ajoutée. Enfin, ces évolutions s’inscriront dans une économie plus volatile, liée au changement climatique et à la rareté des ressources, ainsi qu’un environnement technologique en mutation.

Les coopératives
peuvent relever les défis
Les coopératives, au travers de leur activité d’approvisionnement et de mise en marché, peuvent relever certains enjeux, qui leur permettront d’être actrices dans le développement économique des territoires. « Cela doit se traduire par des économies d’échelle et une meilleure visibilité sur les marchés et les ressources disponi- bles, précise Yves Pelle. Mais il ne s’agit pas toujours de fusions. Il peut y avoir des partenariats ». A son niveau, Cap Seine s’inscrit dans cette démarche. « Nous avons l’ambition de devenir un groupe régional puissant », prévient Patrick Aps, directeur général.

Cela passe par la structuration de quatre filières : le grain, les légumes, la viande et la dis- tribution verte. La stratégie des coopératives peut aussi s’articuler avec la mise en avant d’une marque.


(...)

Malgré une volonté importante, seule, une coopérative ne peut tout faire. Il faut une démarche inclusive, reconnait l’économiste. Il faut une dynamique collective. Cap Seine souhaite s’appuyer sur le port de Rouen. Emile Canu, conseiller Général, souligne l’importance de s’imposer à l’export, même s’il rappelle que le marché intérieur reste primordial, pour rester en lien avec le territoire et assurer un niveau de rémunération.


(...)


 


La suite de cet article dans l'Eure Agricole et Rurale du 18 décembre 2014, page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui