L'Eure Agricole Et Rurale 23 février 2017 à 15h00 | Par L'Eure Agricole

Plus d'agriculteurs dans les conseils minicipaux

ENGAGEMENT La table-ronde de l'assemblée générale de Jeunes Agriculteurs a mis en évidence l'utilité de s'investir dans les conseils municipaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Amaury Levesque (au centre), président des Jeunes agriculteurs de l'Eure, Julien Caillard (à droite), administrateur des Jeunes agriculteurs au niveau national et Jean-Paul Legendre, président de l'union des maires, ont débattu sur les relations entre élus locaux et agriculteurs.
Amaury Levesque (au centre), président des Jeunes agriculteurs de l'Eure, Julien Caillard (à droite), administrateur des Jeunes agriculteurs au niveau national et Jean-Paul Legendre, président de l'union des maires, ont débattu sur les relations entre élus locaux et agriculteurs. - © L.G

Les relations entre les élus locaux et les agriculteurs était le thème de la table-ronde organisée par Jeunes Agriculteurs de l’Eure vendredi, à l’occasion de son assemblée générale. L’invité principal était Jean-Paul Legendre, président de l’union des maires et élus de l’Eure et maire d’Iville. « Dans mon canton du Neubourg, les communes où les agriculteurs sont conseillers municipaux ne sont pas rares. Le lien se fait donc naturellement. Mais avec la profonde mutation actuelle de l’organisation de l’administration, avec l’apparition des communes nouvelles, des inter-communalités plus grandes et le fait que les compétences du Département soient transférées vers la Région, l’influence naturelle des agriculteurs risque de s’étioler, dans un contexte plus urbanisé. » Un seul mot d’ordre pour ce représentant des maires : que les agriculteurs rejoignent les listes des candidats aux municipales.

Quatre agriculteurs au conseil municipal

Être à la fois agriculteur et conseiller municipal, c’est justement le cas d’Amaury Levesque, président de Jeunes Agriculteurs de l’Eure. Il est installé à Houville-en-Vexin, près des Andelys, et participe ainsi activement à la vie de sa commune. « C’est une petite commune mais pas moins de quatre exploitants sont représentés au sein du conseil ». Pour Julien Caillard, administrateur au syndicat national Jeunes Agriculteurs, invité par JA de l’Eure, « les représentants de l’agriculture ont tendance à diminuer dans les instances sauf au niveau local où ils restent assez présents avec 15 % de maires agriculteurs en France. C’est pas mal, puisque seul 1 % de la population exerce le métier. » C’est un peu moins au niveau national puisque c’est seulement 2,5 % des sénateurs, par exemple.Pierre Lebaillif, président de JA Normandie, souligne pour sa part une évolution au niveau de la Région, aujourd’hui importante pour l’agriculture puisqu’elle est autorité de gestion du Feader. « Il y a beaucoup d’agriculteurs au Conseil régional, c’est un avantage pour nous. Ils connaissent la réalité du terrain car ils la vivent au quotidien. » Parmi les difficultés rencontrées dans les communes par les agriculteurs, on peut citer le problème du gaspillage des terres. Que ce soit à cause de projets tels que la ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN), la compensation agricole ou les friches industrielles, JA souhaite le dénoncer. « Dans l’Eure, nous menons les opérations sacs de blé, on retourne les friches, on récolte et on donne le fruit de la vente aux associations caritatives », explique Amaury Levesque.

Les conflits de voisinage sont l’un des autres soucis rencontrés par les agriculteurs dans les communes. Poussière, bruit, épandage, état des routes… Les reproches ne manquent pas. «L’effort doit se faire des deux côtés. L’agriculteur peut aller expliquer, car communiquer fait aujourd’hui partie du métier. Pour-quoi ne pas rédiger une charte de bonnes conduites ? » suggère Julien Caillard.

Le problème de fauchage des routes est venu ensuite rapidement sur le tapis pendant le débat. « Ce n’est pas réglé, souligne Amaury Levesque. Pour nous c’est un problème, on va retravailler pour aboutir à une solution, car moins de fauchage, c’est plus de phytosanitaires. » Marie-Christine Join-Lambert, conseillère départe-mentale, est intervenue. « On ne reviendra pas en arrière. Mais quand il y a danger, le Département est disposé à intervenir de façon ponctuelle. Il suffit de nous appeler, mais on me dit qu’il n’y a pas d’appel ». Enfin, François Loncle, député, a tenu à souligner les bons rapports qu’il entretient avec les agriculteurs de l’Eure depuis sept mandats, et notamment avec la FNSEA de l’Eure avec qui il échange régulièrement lors des trois réunions annuelles entre parlementaires et professionnels agricoles.

L. Geffroy

Tour des cantons

Parmi les activités des Ja, présidents cantonaux lors de l’assemblée générale, on notera plusieurs manifestations prévues pour 2017. Ainsi, pour le canton des Andelys, le comice agricole du 24 et 25 juin prochain à Houville-en-Vexin sera l’événement phare de l’année.

Les opérations sacs de blé se poursuivent dans le pays d’Ouche, dans le Sud-Est, Cormeilles, le Roumois, le Neubourg et Lancées pour la première fois en 2016, les moissons de cœur seront reconduites cette année, comme l’a expliqué Denis Phiquepron. En mai, JA de l’Eure organise un forum transmission à l’échelle départementale. Enfin, la finale régionale de labour aura lieu cette année dans l’Eure, à Guichainville les 26 et 27 août.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui