L'Eure Agricole Et Rurale 30 avril 2013 à 15h10 | Par F.Carbonell

Parlementaires - De l’analyse, des débats, des solutions

La FDSEA de l’Eure poursuit ses rencontres régulières avec les parlementaires eurois. Lundi, trois sujets ont occupé les discussions : la crise de l’élevage, la Pac et l’environnement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les parlementaires présents ont participé activement à cette rencontre tout comme les responsables des organisations agricoles euroises.
Les parlementaires présents ont participé activement à cette rencontre tout comme les responsables des organisations agricoles euroises. - © FC/Eure Agricole

Quasiment tous les acteurs des organisations professionnelles agricoles de l’Eure étaient présents, ce lundi matin à la maison des agriculteurs de Guichainville, pour une nouvelle rencontre avec les parlementaires eurois. Ce ne fut pas le cas côté parlementaires et élus eurois, puisque seuls Jean-Louis Destans, le député, Hervé Maurey, sénateur et Lionel Prévost le vice président du conseil Général avaient fait le déplacement. Malgré cette faible participation, cette réunion a été l’occasion d’une “mise à plat” du contexte agricole actuel autour, essentiellement, de trois points : la crise de l’élevage, la Pac et la sensibilisation aux questions environnementales.


Coûts alimentaires et prix insuffisants

Concernant le dossier élevage - et plus particulièrement celui du prix du lait - Régis Chopin, le président de la FDSEA et Manuel Gavelle le président de la section lait ont évoqué l’état d’avancement des négociations... “La profession demandait 30 €/1 000 litres. L’accord qui semble se dégager, c’est 25 €/1 000 litres. C’est une avancée même si elle n’est pas encore réalisée sur les feuilles de paie des producteurs...” explique Manuel Gavelle. Une avancée sur le prix qui n’est pas la seule préoccupation du responsable. Celle du rééquilibrage des contrats est aussi un sujet essentiel pour Manuel Gavelle.“D’où l’importance de mettre en place un médiateur capable d’arbitrer et de trancher.” Un avis conforté aussi par les propos du président de la FDSEA qui insiste sur “le malaise de l’élevage qui va bien au-delà de la seule production laitière.” La faute évidemment à la flambée des coûts d’alimentation et à des cours qui, dans toutes les productions, ne suivent pas ou mal.

“De cette situation en découle, dans le département de l’Eure, un vrai découragement des producteurs. Et ce découragement se concrétise, malheureusement, par un arrêt d’activité de certaines productions. Ainsi, nous avions 590 producteurs de lait en fin mars 2012. Nous sommes aujourd’hui à 550.On a perdu 40 producteurs en l’espace d’un an et, surtout,  depuis le second semestre 2012.”


(...)

Retrouvez la suite de cet article dans l'Eure agricole


du 02/05/13, page 6

(Dans notre prochaine édition, retour sur la Pac, le statut des Gaec, les aléas climatiques...).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui