L'Eure Agricole Et Rurale 05 juillet 2012 à 14h51 | Par Propos recueillis par F.Carbonell

Ovins 27 - “L'avenir de la coopérative passe par le renforcement de l’engagement de ses adhérents !”

Après une assemblée générale à la conclusion pour le moins délicate, la coopérative Ovins 27 a retrouvé un président en la personne de Christian Courtemanche. Le choix de la modération ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
“La coopérative Ovins 27 est une structure à taille humaine permettant une vraie proximité avec les éleveurs” explique son nouveau président.
“La coopérative Ovins 27 est une structure à taille humaine permettant une vraie proximité avec les éleveurs” explique son nouveau président. - © F.Carbonell

Jeudi dernier, le conseil d’administration renouvelé de la coopérative Ovins 27 a constitué une nouvelle équipe et a élu Christian Courtemanche à la présidence. Le choix de la raison et de la modération ?Sans doute.Mais pas seulement. Le nouveau responsable répond à nos questions.

Le Conseil d’administration a donc tranché.Mais avant ce vote, y a-t-il eu cette grande explication annoncée ?

Chaque administrateur a exposé sereinement son point de vue et ses désirs pour l’avenir.           Et la réponse fut unanime : unissons-nous pour développer et maintenir notre coopérative.
Comment analysez-vous ce qui est arrivé ?Ce vote a exprimé un mécontentement des adhérents et nous devons écouter et respecter leur choix. A nous, administrateurs, d’être attentifs et de savoir répondre aux attentes exprimées.

Comme nouveau président, quel sera votre premier engagement ?

Apporter dans notre famille de moutonniers, la sérénité, la sécurité, le dialogue, l’échange et maintenir ainsi la dynamique ovine.


Vous connaissez bien la structure pour avoir contribué, au côté de Claude Métayer, à sa mise en place. Après toutes ces années, quels sont aujourd’hui les points forts et les points faibles de votre coopérative ?

Du côté des points forts, je dirai :  la structure à taille humaine permettant une vraie proximité avec les éleveurs, l’expérience et la technique commerciale.Et, derrière celle-ci, une bonne adaptation au marché, une situation géographique favorable et un marché porteur.Du côté des points faibles, c’est actuellement le manque d’installation et de développement des élevages ovins existants.


(...)

Retrouvez la suite de cet article dans l'Eure Agricole du 5 juillet 2012, page 5.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui