L'Eure Agricole Et Rurale 25 août 2021 a 08h00 | Par Paul CORDIER

Nicole Brout a retrouvé ses pinceaux à la retraite.

Depuis qu’elle est à la retraite, Nicole Brout, autrefois agricultrice à Grossœuvre (27), a le temps de s’adonner à sa passion qu’est la peinture.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Nicole Brout, agricultrice retraitée, s’adonne à sa passion pour la peinture, que son métier ne lui avait pas laissée le temps de mettre en pratique.
Nicole Brout, agricultrice retraitée, s’adonne à sa passion pour la peinture, que son métier ne lui avait pas laissée le temps de mettre en pratique. - © PC

Nicole Brout a toujours voulu peindre. L’agricultrice, aujourd’hui retraitée, y a pris goût  de bonne heure. Elle commence à 11 ans, alors écolière à Damville (27), avec les cours du soir que lui payent ses parents. « J’ai toujours aimé décorer mes cahiers, et les matières à l’époque comprenaient beaucoup de dessin. » A 14 ans, en parallèle de l’école ménagère, elle travaille dans l’exploitation de ses parents. Elle fait alors un peu de peinture toute seule, mais parvient difficilement à faire tenir l’activité dans son emploi du temps, déjà bien rempli. Elle se marie en 1972 et rejoint son époux dans une ferme à Grossœuvre. « Jusqu’à ma retraite en 2009, avec la ferme et la vie familiale, je n’ai plus eu le temps de retoucher à un pinceau, confie-t-elle, mais j’y pensais toujours. » Régulièrement, Nicole Brout a visité des expositions et des galeries à Honfleur, Évreux, mais surtout à Giverny où les toiles impressionnistes la touchent particulièrement. « Paysages, fleurs et marines, c’est vraiment ce que j’adore. »

 

Le temps d’apprécier

Aujourd’hui, l’agricultrice retraitée pratique assidument sa passion. Au pinceau, au couteau ou à la main, elle élargit son champ de compétences au fur et à mesure. Il lui arrive de réaliser des expositions à Évreux ou à Prey (27), où elle prend des cours. Réflexe agricole, dès qu’elle conduit le long des champs, elle scrute les cultures et les paysages et ne peut s’empêcher d’en apprécier couleurs, nuances et dégradés. « J’adore les ciels mouvementés, avoue-t-elle, j’ai été servie cette année. » Ancienne linicultrice, la peintre utilise les toiles de lin pour leur qualité technique et apprécie la symbolique de cet usage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique