L'Eure Agricole Et Rurale 16 octobre 2014 à 08h00 | Par propos recueillis par T. Michel

« Mieux écouter nos adhérents pour détecter les difficultés »

Gérard Pelhâte, président de la CCMSA, et Michel Brault, directeur général, commentent l’actualité sociale et le projet de loi sur le financement de la sécurité sociale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les prochaines élections MSA auront lieu du 12 au 27 janvier 2015. Pour l’heure, les listes sont en train de se constituer et les candidatures sont les bienvenues. Prochaine échéance, le 8 décembre 2014, date à laquelle les listes de candidats seront closes.
Les prochaines élections MSA auront lieu du 12 au 27 janvier 2015. Pour l’heure, les listes sont en train de se constituer et les candidatures sont les bienvenues. Prochaine échéance, le 8 décembre 2014, date à laquelle les listes de candidats seront closes. - © DR/DR

Quelle réaction avez-vous face aux actions violentes de la mi-septembre ?
La MSA condamne les actions violentes qui se sont produites dans la nuit du 19 septembre à Morlaix. Nous en voulons aux organisateurs de cette opération, qui n'avait vait rien de spontané. La grave crise et le désarroi des agriculteurs ont des origines conjoncturelles et climatiques. Tout ceci est bien sûr renforcé par le problème russo/ukrainien, notamment dans le secteur des fruits et légumes. La MSA ne peut être tenue pour responsable et nous pensons quen agissant ainsi, on se trompe de cible.

(...)
Nous rappelons aussi que la M
SA a une longue habitude de lat- tention portée aux agriculteurs en dif- ficulté. Nous continuons à avoir cette attention et nous renforçons nos outils pour faire face à ces difficultés. Mais il est vrai que nos responsables élus nous font remonter de plus de désar- roi de la part de nos adhérents, et pas seulement des exploitants agricoles mais aussi des salariés agricoles par exemple.


Que peut faire la MSA, concrètement ?
Dabord, nous avons un plan de paie- ment étalé pour les cotisations et nous disposons d’une réserve de 110 millions d’euros pour cela. On peut envisager des plans de report sur deux ans, voire sur trois ans pour les cas les plus douloureux. La négociation se fait au niveau départemental et local avec des per- sonnes qui viennent se déclarer indi- viduellement en difficulté pour payer leurs cotisations. En cas de report, il n’y a évidemment pas de pénalité ni de majoration non plus. Les décisions seront prises en fonc- tion de certains critères comme le taux d’endettement, le chiffre d’affaires, le fait d’être jeune installé...


(...)

 

 


La suite de cet article dans l'Eure Agricole et Rurale du 16/10/14, page 3

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui