L'Eure Agricole Et Rurale 10 août 2017 à 08h00 | Par L'Eure Agricole

Marche arrière sur les SIE pour la campagne 2018

La gestion de la PAC en France n'a toujours pas trouvé son régime de croisière que l'Europe en change déjà les règles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © reussir

Depuis juillet 2016, la Commission européenne, dans le cadre de ses mesures dites de simplification, a proposé des évolutions du verdissement. Depuis presque un an, la FNSEA s'est ainsi battue contre trois propositions : augmenter à 10 % les Surfaces d'intérêt écologiques (SIE) et y interdire les phytosanitaires, porter à 10 semaines minimum les intercultures. Si elle peut se satisfaire d'avoir eu gain de cause sur certains points, la déception est grande.

Campagne 2018 : entrée en vigueur

Le nouveau règlement entrera en vigueur à compter de la campagne 2018. L'ensemble des surfaces concernées par les cultures fixatrices d'azote sera impacté par l'interdiction des produits phytosanitaires, ce qui pourrait conduire à un retour en masse de la jachère, ce que la FNSEA a toujours combattu. Ceci sera d'autant plus pénalisant que les intercultures courtes, pour être comptabilisées en SIE, devront avoir une durée d'implantation de huit semaines au lieu d'un mois. En revanche, le pourcentage de SIE restera bien à 5 % pour les campagnes à venir (il pouvait potentiellement monter à 10 %). Autre point important : les jachères de plus de cinq ans déclarées en SIE resteront bien des terres arables et ne pourron tpas basculer en prairies permanentes. Voici de bien petites satisfactions au regard du risque de voir des terres retirées de la production.

Enfin, il convient de demeurer vigilant quant à l'obligation de maintenir les prairies permanentes. La Normandie a failli être pénalisée sous forme d'un régime de déclaration des retournements de prairies entraînant une complexité administrative supplémentaire. Il n'en a rien été grâce à un nouveau calcul du ratio régional de prairies permanentes. Toutefois, ce ratio s'est dégradé et il faut veiller à ce qu'il ne se dégrade plus pour éviter des obligations, et donc des contrôles supplémentaires.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui