L'Eure Agricole Et Rurale 04 décembre 2013 à 08h00 | Par F Carbonell

Manifestation - Quand l’avenir de l’agriculture se joue maintenant

Le parvis de la préfecture de l’Eure a été occupé, durant deux heures vendredi dernier, par des agriculteurs en colère.Et pas uniquement à cause de la réforme de la Pac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© FC)  © FC  © FC

160 agriculteurs, toutes productions confondues, ont répondu à l‘appel de la FDSEA de l’Eure pour exprimer, vendredi dernier devant la préfecture de l’Eure, leur colère face à ce qui se dessine aujourd’hui en agriculture. Une mobilisation pour demander des choses simples mais tellement nécessaires au fonctionnement de leurs exploitations : de l’adaptation, de la souplesse et de la liberté.

Sur la base de ces trois mots clés, le président de la FDSEA Régis Chopin, le président des Jeunes Agriculteurs Pierre Le Baillif ont redit leur mécontentement partagé autour de l’avenir de leur profession. «Les agriculteurs ont besoin d’entreprendre et de participer au redressement productif de la France rappellent les responsables du syndicalisme. A l’inverse, ils ne veulent plus de contraintes supplémentaires, ni de taxes, ni de distorsions de concurrence. Malheureusement un déclage énorme existe entre le consensus général en faveur de l’entreprenariat et la réalité du terrain. Depuis des mois, les taxes et les règlementations s’empilent. Depuis des mois, l’agriculture de production s’asphyxie... » 

Un malaise grandissant
Sur la remorque qui fait face à l’entrée de la Préfecture, Régis Chopin revient sur « cette dérive qui pousse l’agriculture à ne plus exister... » Et de parler de ce malaise grandissant qui envahit les campagnes. Comment ? «Avec son lot de cessations d’activité laitière sur tous les départements, dans tous les bassins laitiers. Les difficultés croissantes des productions hors sol avec la fermeture de porcheries, des réglements judiciaires pour des  poulaillers suite au démantelement du groupe Doux. De la perte de compétitivité dans les élevages mais surtout dans l’industrie agroalimentaire...() Tout cela s’accompagne, parallèlement, de charges croissantes avec, notamment, un poste alimentation toujours dans le rouge, des mises aux normes coûteuses et toujours plus contraignantes...» Selon le président de la FDSEA, «la liste pourrait être plus longue... Mais voilà ce qu’est le bulletin de santé de l’Agriculture française. » Face à ces constats, la profession agricole entend ne pas rester les bras croisés et ne rien faire. Dans la plateforme de revendications signée par les FDSEA et la FRSEA du Nord bassin parisien, plusieurs mesures sont demandées et ce, le plus rapidement possible.


(...)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui