L'Eure Agricole Et Rurale 30 juillet 2020 à 07h00 | Par D'après Idele

Les vaches laitières dans les bâtiments même l’été

Conçus pour l’hiver, les bâtiments d’élevage le sont de plus en plus pour l’été. Les vaches laitières passent davantage de temps à l’intérieur avec le réchauffement climatique

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR:

Lors des pics de chaleur, il est recommandé de mettre les vaches laitières à l’abri. Météo France, qui a travaillé avec l’Institut de l’élevage sur le sujet, annonce que le phénomène de réchauffement climatique va s’accentuer à la fin du siècle. A cela s’ajoutent d’autres facteurs. Les troupeaux s’agrandissent, produisant eux aussi de plus en plus de chaleur à l’intérieur du bâtiment. Des travaux financés par le Cniel (interprofession laitière) portent sur la ventilation estivale et des solutions techniques ont été testées grandeur nature. A 22°C, une vache laitière est dans sa zone de confort. A partir de 25°C, elle doit s’adapter, entre 30°C et 35°C, elle est déjà dans une situation de souffrance, à plus de 42°C, elle peut mourir. Et quand une vache souffre de la chaleur, sa production laitière baisse (de -1 à -4 kg), de même que les taux de protéines et des matières grasses du lait. On peut craindre, en raison du stress, une augmentation du taux de cellules et une baisse des performances de reproduction. Une vache qui a trop chaud peut présenter des oestrus silencieux ainsi qu’une baisse des taux de fertilité et de fécondité. Enfin, une vache qui a chaud, mange moins et boit plus.

 

MIEUX VENTILER LES BÂTIMENTS

Pour le confort de leurs animaux mais aussi de meilleures conditions de travail pour eux-mêmes et pour assurer la rentabilité de leur élevage, de plus en plus d’éleveurs se demandent comment mieux ventiler leurs bâtiments pour faire baisser la température en été. Evidemment, il est plus facile avec des bâtiments neufs de prévoir le coup et d’intégrer cette nouvelle donne climatique. Ainsi, en Loire Atlantique, des mesures faites dans un bâtiment très ouvert de type parasol, sans bardage, montrent l’intérêt de ce type de construction sur la façade atlantique – éventuellement avec des filets brise-vent sur les longs pans en fonction des conditions climatiques locales. Dans tous les cas, pour Jacques Capdeville de l’Institut de l’élevage : « l’idée est de supprimer les bardages fixes et d’adopter des solutions modulables sur les longs pans pour faire face à toute évolution du climat ».

Début 2018, l’Institut de l’élevage a conduit une étude, financée par le Cniel, pour apporter de premiers éléments de réponse. Elle a permis de mesurer les impacts d’un été particulièrement chaud dans neuf exploitations laitières réparties sur le territoire français. Des améliorations simples ont ensuite été testées au cours de l’été 2019. Pour mesurer les impacts, les chercheurs ont utilisé le « score de halètement ». Avec une notation de 0 à 5, c’est un indicateur de l’état de stress des vaches. Un autre critère appelé HLI permet d’objectiver finement le ressenti des animaux, il tient compte de la température globe noir, l’humidité relative et la vitesse du vent. Il a été utilisé pour cartographier le confort thermique dans les bâtiments d’élevage enquêtés. Dans un bâtiment quadrillé de 2m en 2m, on mesure la température, l’hygrométrie, la vitesse de l’air et le rayonnement. La température globe noir mesure les effets du rayonnement solaire, mesure quasi inconnue en France mais très utilisée en Nouvelle Zélande ou en Australie. Grâce à une méthode mise au point par l'Institut de l'élevage, on aboutit à une image en couleur qui traduit les différences de stress au sein d’un même bâtiment. Celle-ci permet notamment de prédire le niveau de stress les jours les plus chauds de l’été et de comparer des bâtiments entre eux. C’est un bon élément pédagogique intéressant pour les éleveurs et leurs conseillers, qui peuvent fournir des cartes bioclimatiques des élevages. Pour les bâtiments existants, améliorer la ventilation naturelle du bâtiment peut apporter beaucoup en limitant les dépenses. Si cela ne suffit pas ou si l’on est dans des zones plus continentales, les solutions de ventilation mécanique peuvent être envisagées. En bâtiments anciens, l’enjeu est de transformer des pans fixes en bardages modulables. Par exemple, des volets qui peuvent s’ouvrir. Si l’éleveur le souhaite, il peut faire les travaux lui-même en conservant les matériaux initiaux pour préserver l’aspect du bâtiment sans être obligé d’avoir recours à des filets brise-vent.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui