L'Eure Agricole Et Rurale 02 février 2017 à 08h00 | Par L'Eure Agricole

Les sections élevage de la FNSEA de l'Eure se renouvellent

ÉLEVAGE Pour l'ensemble des sections animales, la problématique de la revalorisation du prix de vente est primordiale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laurent Ducloas a été élu président de la section laitière de la FNSEA de l'Eure.
Laurent Ducloas a été élu président de la section laitière de la FNSEA de l'Eure. - © C.Cornille

Suite au renouvellement des délégués cantonaux intervenus en décembre 2016 lors des assemblées générales cantonales, c’est au tour des bureaux des sections départementales de se renouveler et d’évoquer les projets pour les mois et années à venir.

Un renouvellement des présidents

Courant janvier, les sections animales de la FNSEA de l’Eure se sont réunies pour procéder au renouvellement de leurs bureaux. L’occasion pour les délégués fraîchement désignés dans les cantons de se rencontrer et d’envisager les pistes de travail et d’action pour les mois à venir. Les sections viande bovine, lait, porcine et ovine se sont donc réunies. Les bureaux ont été renouvelés, avec pour certaines sections des changements de président.

Ainsi, pour la section laitière, Laurent Duclos, producteur à Saint-Mards-de-Fresne, a suc-cédé à Manuel Gavelle, producteur à Heubecourt-Haricourt. Pour la section ovine, Christophe Guicheux, éleveur à Sylvains-les-Moulins, a pris la suite de Phi-lippe Dubuisson, éleveur à Bray. En revanche, pas de changement pour les sections viande bovine et porcine. Philippe Sellier, éleveur à Saint-Samson-de-la Roque, a été réélu président de la section viande bovine. De son côté, Hervé Sampers, éleveur à Sylvains-les-Moulins, entame un nouveau mandat à la tête de la section porcine.

La revalorisation du prix pour tous

Pour l’ensemble des filières animales, la problématique de la revalorisation du prix de vente est primordiale. C’est autour de ce sujet que les sections vont engager leurs travaux, à l’image de la section viande bovine, avec le projet « Cœur de gamme » qui vise à revaloriser le prix de la viande d’origine du troupeau allaitant, commercialisée auprès des grandes surface. Cette démarche initiée par la FNB s’appuie sur une meilleure segmentation du rayon viande. Les producteurs devront porter cette démarche auprès des enseignes de la grande distribution au niveau local, afin que les producteurs de l’Eure bénéficient d’un retour sur leurs animaux.

L’échelon normand pour travailler demain

Pour l’ensemble des sections, une réflexion est menée pour développer le travail à l’échelon régional, faisant ainsi suite à l’application sur le territoire de la loi Notre. L’échelon régional prend de plus en plus de place. Ainsi, la filière laitière travaille au rapprochement des interprofessions laitières de Haute et Basse-Normandie. La section ovine devra travailler sur la pro-position d’un plan d’investissement régional pour l’élevage. Enfin, la section porcine, face au faible effectif des producteurs s’interroge sur son échelon de travail. Une section porcine régionale ne serait-elle pas plus pertinente ? Toutes ces évolutions permettront également aux sections d’aborder et travailler des sujets transversaux, tels que le bien être en élevage, la prise en compte des attentes sociétales comme les conditions d’élevage, la qualité des produits, …Pour l’ensemble des sections animales, le travail ne manquera pas. Les équipes fraichement nommées se mobiliseront donc pour agir et défendre les intérêts des producteurs de l’Eure.

Cyril Cornille

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui