L'Eure Agricole Et Rurale 18 septembre 2014 à 08h00 | Par F. carbonell

Les nuisibles ne seraient plus nuisibles ? Comme c’est nuisible !

Les piégeurs de l’Eure n’apprécient pas du tout que l’on s’en prenne à leur action. Comment ? En tentant de supprimer le mot nuisible et ainsi réduire la liste des espèces "chassables".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Autour du président de l’association Winston Bonnet, les responsables de la chasse dans l’Eure et le président de la chambre d’Agriculture.
Autour du président de l’association Winston Bonnet, les responsables de la chasse dans l’Eure et le président de la chambre d’Agriculture. - © FC

Ce n’est pas nouveau : l’action des piégeurs en France, si elle est reconnue par le plus grand nombre, a de farouches opposants. Pas nombreux, certes, mais ô combien efficaces pour faire « passer » des règles qui réduisent, petit à petit, les interventions des piégeurs. 
Supprimer le mot...« Il s’agit de quelques lobbies environnentaux » explique Winston Bonnet, le président des piégeurs de l’AGRPE. « Non contents de nous avoir imposé de nouveaux critères dans le classement des nuisibles, ils ont travaillé à en inventer d’autres...»

Samedi 13 septembre, dans la grande salle de la fédération des chasseurs de l’Eure à Angerville la Campagne, près de  150 piégeurs écoutent leur président non sans appréhension. « C’est toujours dans la même optique que ces penseurs écolos avancent : celle de supprimer des espèces chassables, donc nuisibles. La LPO va même jusqu’à réclamer le retrait du geai et de la pie... » Murmures de désaprobation dans la salle. Winston Bonnet poursuit. « En fait, ces gens veulent supprimer, ni plus ni moins, le mot nuisible. S’ils devaient y arriver, ce serait la fin des piégeurs ! » C’est pourquoi, le président de l’association n’est pas resté inactif et a tenté de mobiliser tous les acteurs qui comptent dans ce domaine...            
« Et je dois dire que nous avons trouvé, à la fin de l’année passée, la fédération nationale des chasseurs et l’Unapaf très frileuses sur le sujet...» Et Winston Bonnet de rappeler avoir demandé l’intervention de Dominique Monfillatre et de quelques autres personnalités pour faire                     « bouger les lignes » et pousser le président de la FNC, Jean-Claude Saulnier à durcir sa position.

« Suite à ce remue ménage - je précise que je n’étais pas le seul à m’inquiéter de la sorte - la            fédération nationale des chasseurs provoquait une réunion parisienne sur le sujet où toutes les fédérations étaient convoquées. A la   sortie de cela, une réponse de la FNC : faites travailler le logiciel de collecte. » En clair, la FNC veut avoir suffisamment de relevés du terrain sur tous les nuisibles afin d’argumenter et défendre cette fameuse classification.

Un sujet « sensible » cette collecte ! En effet, sur le terrain, les informations ne remontent comme le souhaiteraient les responsables des piégeurs. Et là encore, Winston Bonnet n’a pas contourné la difficulté. « Je me dois de constater le peu d’intérêt des instances et du monde agricole sur ce dossier nuisible. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir sollicité les uns et les autres et ce, à de nombreuses reprises. Mais rien n’y fait. Sans doute parce que la liste des nuisibles ne contient que quatre espèces qui intéressent les agriculteurs : les corvidés, les pigeons, les lapins et les sangliers... » Le responsable en appelle donc à la mobilisation de tous (un appel aux piégeurs, bien sûr, mais surtout aux agriculteurs) pour faire remonter toutes les informations sur l’ensemble des espèces nuisibles afin d’avoir des références... « Si cela ne devait pas se faire, je vous le dis tout net : si demain nous ne retrouvons pas notre liste de nuisibles par manque de données du monde agricole, j’inviterai nos piégeurs à se désintéresser totalement des freux, des lapins, des pigeons ou encore pour les actions blaireaux. »

 


(...)

 


AGRPE : Association de gestion et de régulation des prédateurs de l’Eure.
FNC : Fédération nationale des chasseurs
Unapaf : Union nationale des associations de piégeurs agréés de France.
LPO : Ligue pour la protection des oiseaux.

Retrouvez suite de cet article et notamment des informations sur le putois, dans l'Eure Agricole et Rurale du 18/09/14, page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui