L'Eure Agricole Et Rurale 20 juillet 2020 à 08h00 | Par BENOIT LAFFINEUR

Les cultures dérobées pour ovins

La pratique du pâturage des terres cultivées par les ovins est très ancienne, probablement née avec l’agriculture, il y a 10 000 ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Faire pâturer des céréales avant la montaison, consommer les restes des végétaux et les adventices après récolte ou bien encore pâturer des plantes fourragères semées en intersaison, entre deux cultures principales, les exemples sont multiples.

 

UN PÂTURAGE UTILE DANS LES CHAMPS CULTIVÉS

Le mouton avait ainsi une fonction agronomique essentielle dans les cultures en nettoyant les parcelles, en restituant des crottins et en ayant un effet positif sur le sol par le piétinement. Souvent, le berger proposait ses prestations aux cultivateurs et excellait dans la conduite du troupeau dans des plaines ouvertes. Puis, les progrès de la mécanisation, de la fertilisation, l’agrandissement des exploitations et la raréfaction de la main d’oeuvre ont fait disparaître, ou du moins raréfier, ces pratiques pastorales. Aujourd’hui, l’enjeu est de parvenir à concilier les préoccupations agronomiques, zootechniques, environnementales et économiques.

 

INTRODUIRE LA OU LES BONNES ESPÈCES EN INTERCULTURES

Les intercultures peuvent contribuer à nourrir le troupeau, à faible coût, une partie importante de l’année. De plus, le risque de parasitisme est quasiment nul du fait que les animaux pâturent sur des parcelles cultivées saines. Pour les espèces pour lesquelles les ovins ne consomment que les feuilles, la plante peut continuer son rôle concernant d’autres aspects agronomiques tels que couverture de sol, limitation de l’érosion, effet des racines sur la structure du sol, absorption des nitrates. Au contraire, sans pâturage, l’enfouissement d’une quantité trop importante de matières végétales peut être préjudiciable en asphyxiant la vie du sol. Les animaux permettent de réduire la quantité de matière et produisent, par leurs déjections, un retour des matières fertilisantes inoculées avec les micro-organismes de la flore intestinale. Les ovins ont d’ailleurs la particularité de bien répartir leurs déjections sur la surface pâturée. Il est possible d’adopter de nombreuses espèces de plantes : au moins 25 ! Ces dernières peuvent être utilisées en espèce seule ou associées entre elles. Pour les choisir, il y a des questions simples à se poser :

- Où se situe la parcelle par rapport au corps de ferme ou à une prairie que les animaux connaissent ?

- A quelle date se libère la parcelle et donc quand va-t-il être possible de semer la culture dérobée ?

- Quand envisage-t-on d’exploiter le couvert ? (dès la fin d’été, en hiver, au printemps ou à plusieurs de ces périodes) ?

- Comment va-t-on exploiter le couvert ? (pâturage, affouragement, ensilage) ?

- Pour le pâturage : sera-t-il libre ou au fil ou au filet avancé chaque jour ?

- Comment envisage-t-on de détruire la plante ? (par labour, par destruction chimique, grâce au gel ou par l’exploitation du couvert) ?

- Y a-t-il d’autres objectifs que la production d’un fourrage pour des ovins ? (objectifs : agronomique, mellifère cynégétique, environnemental ou enfin pour la gestion de l’eau) ?

Il est donc essentiel de connaître les plantes utilisables, leurs contraintes climatiques, leur insertion dans la rotation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui