L'Eure Agricole Et Rurale 02 mars 2021 a 08h00 | Par Claire MARTIN-MONTJARET

Le tournesol, une culture avec une capacité d’adaptation reconnue.

Terres Inovia ouvre un nouveau volet de son action de communication en faveur de la culture du tournesol sous le programme Téo. Au-delà des conseils techniques, l’année 2020 a souligné l’intérêt d’apprécier la valeur économique du tournesol au sein de systèmes de culture diversifiés. Le tournesol est également une culture avec une capacité d’adaptation reconnue.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © DR.

Une candidate pertinente en zones intermédiaires

Espèce à cycle court, le tournesol est moins exigeant en chaleur que d’autres espèces d’été. En effet, cette plante démarre sa croissance dès 4.5°C (zéro de végétation) contre 6°C pour le maïs et le soja, voire 8°C pour le sorgho. De ce fait, elle s’adapte aux bassins septentrionaux, sous réserve bien sûr de rester vigilant sur la combinaison entre précocité variétale et date de semis afin d’assurer une récolte proche des normes d’humidité (8 à 11%) avant fin septembre. Récolté sur un sol sec et laissant peu de résidus, le tournesol permet par ailleurs une implantation aisée de la céréale à paille suivante.

Dans les zones dites intermédiaires, confrontées depuis plusieurs années à une dégradation des performances des rotations d’hiver de type colza-blé-(blé)-orge d’hiver, le tournesol est ainsi une culture de diversification intéressante. Son introduction améliore souvent la maîtrise du désherbage, notamment la gestion des graminées résistantes, et diminue à moyen terme le risque de dégradation des résultats économiques de la rotation.

 

Une culture qui s’adapte aux contextes sanitaires régionaux

Parmi les moyens de lutte disponibles contre les maladies et parasites du tournesol, la tolérance variétale a une place de choix. Ainsi, grâce au progrès génétique, l’offre variétale permet à cette culture de répondre aux conditions sanitaires et pédoclimatiques de chaque parcelle.  Il convient donc d’être en mesure de connaître l’historique sanitaire (maladies, adventices, parasites…) de sa parcelle et du territoire pour un choix variétal adapté et pleinement efficace. Le premier pas d’un choix variétal maîtrisé reste donc l’observation des tournesols en cours de campagne : agriculteurs et conseillers ont donc un rôle clé à jouer en pratiquant un tour de plaine à fin floraison.

 

Une culture compétitive adaptée à des systèmes de production variés

Capable de valoriser tous les potentiels de terres, en conduite irriguée comme en sec, le tournesol répond présent dans les systèmes qui optent pour 3 cultures en 2  ns (tournesol en dérobé). En perfectionnant les techniques d’implantation, le tournesol devient également une culture appropriée à l’agriculture de conservation (adaptation au strip-till et à l’incorporation de couverts d’interculture notamment).

Il peut alors s’intégrer à toutes les exploitations et, en particulier, dans les systèmes en agriculture biologique, où il a de réels atouts portés par une filière solide et un marché demandeur. Deuxième oléagineux cultivé en AB à l’échelle de la France, juste après le soja et devant le colza, le tournesol est donc bien adapté à la conduite « bio ». D’un point de vue technique, cette culture d’été a en effet des capacités élevées pour prélever les éléments minéraux du sol, en particulier l’azote ; de plus, elle est adaptée au désherbage mécanique (avec un écartement large), et permet une gestion du risque maladies grâce à la génétique.

 

Une valorisation à tous les niveaux et pour tous les goûts

Que ce soit en AB ou en conventionnel, la filière tournesol est dynamique et la culture bénéficie de débouchés diversifiés et assurés (huile alimentaire et industrielle, biocarburant à bas GES, oléochimie avec des protéines concentrées, tourteaux…).  La filière tournesol doit satisfaire une demande forte et stable en huile (1re huile de table consommée en France) et répondre également au déficit en matière riche en protéines produites en France. La production de tourteau de tournesol High Pro français offre des perspectives dans ce domaine. La composition de la graine de tournesol, parfois méconnue, permet en effet au tournesol de contribuer à notre autonomie protéique.

 

Une culture adaptée aux contraintes climatiques

Selon les modèles climatiques pour la France horizon 2050, les sécheresses estivales sévères devraient se multiplier. Les campagnes 2019 et 2020 l’ont illustré, le tournesol s’adapte à ces contraintes grâce à sa robustesse et à son efficience vis-à-vis de l’eau.

Parallèlement, le tournesol dispose d’une bonne efficience face à des apports d’eau même limités et a donc toute sa place dans les assolements irrigués. Ainsi, malgré une ressource en eau limitée, voire des arrêts réglementaires précoces d’irrigation (début à mi-août), il sera possible d’atteindre une irrigation optimale de la culture. En sécurisant, voire maximisant le rendement, l’irrigation du tournesol sera particulièrement rentable pour les exploitations, avec des stratégies à moduler en fonction des contextes régionaux et de l’offre pédo-climatique.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique