L'Eure Agricole Et Rurale 18 novembre 2019 à 06h00 | Par #PRESSE30

Le thermomètre dans la poche.

L’agriculteur Grégoire Forzy a accepté de tester la prise de températures à distance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Grégoire Forzy a opté pour le sans fil.
Grégoire Forzy a opté pour le sans fil. - © #PRESSE30

Éleveur de vaches charolaises et agriculteur en polycultures dont la betterave, le lin et les céréales, depuis 10 ans, Grégoire Forzy installé à Gamaches-en-Vexin est à 34 ans ce que l’on peut appeler « un professionnel à l’écoute  », comme le montre son opération « portes ouvertes  » du samedi 26 octobre lors de laquelle il a reçu « vingt-cinq personnes dont des habitants inquiets et curieux suite à l’installation de notre unité de méthanisation au coeur du village. Beaucoup de questions se sont focalisées sur les odeurs et les rejets. Je pense qu’elles ont été sensibles aux réponses et surtout elles ont vu réellement ce que c’était. Cela montre une nouvelle fois qu’il faut être ouvert au dialogue et ne pas laisser dire et penser n’importe quoi sur nos métiers  ».

 

UNE PHASE DE TEST

C’est dans cet état d’esprit qu’il s’est engagé dans une phase de test avec la coopérative Sévépi sur « la prise de température à distance  ». Ainsi, au lieu d’utiliser des sondes de températures classiques longues de deux mètres dans son silo à grain « pour éviter que les insectes ne prolifèrent quand la chaleur monte trop. Je devais me déplacer régulièrement pour vérifier et allumer ou éteindre le système de ventilation. C’était de la perte de temps et d’énergie donc d’argent  », l’agriculteur a installé une nouvelle génération équipée d’un émetteur qui renvoie toutes les données sur un smartphone grâce à une application : « je peux donc visualiser cela en permanence à distance. Il y a même des alertes possibles et des rapports réguliers. C’est une garantie de qualité pour le client final qui sont de moins en moins tolérants et aussi pour la coopérative. De plus, dans le contexte où on a plus le droit de mettre d’insecticide, il faut être encore plus performant. La technologie nous aide pour cela ». Fourni par le constructeur via Sévépi, dans quelques mois, Grégoire Forzy va acquérir deux sondes et s’abonner au télérelevé, « car dans ma carrière, cela est arrivé une fois de perdre pour 2500 euros de céréales. Cela paye l’investissement. De plus, je pense que nous pouvons avoir des aides de la Région ou de l’Europe  ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui