L'Eure Agricole Et Rurale 22 octobre 2020 à 08h00 | Par Cyril Cabrol

Le plan de relance pour l’agriculture décliné dans l’Eure.

Après une réunion retour d’expérience le 13 octobre, le préfet réunissait à nouveau les principales organisations agricoles du département en présence de ses différentes administrations : DDFIP, DDTM, DDPP, Direccte… Objectif : déployer le plan de relance gouvernemental dans l’Eure sur les thématiques agricole et agroalimentaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jérôme Filippini, préfet de l’Eure et Rik Vandererven,
directeur adjoint de la DDTM se sont adressés aux principales organisations agricoles du département concernant le plan de relance.
Jérôme Filippini, préfet de l’Eure et Rik Vandererven, directeur adjoint de la DDTM se sont adressés aux principales organisations agricoles du département concernant le plan de relance. - © Cyril Cabrol

Le préfet de l’Eure, JérômeFilippini, a réuni les principales organisations agricoles du département le 14 octobre afin de s’assurer qu’elles soient les relais du plan de relance vers les agriculteurs. Il a précisé que l’Etat et ses services se mettaient en mode projet pour un maximum d’efficacité. Rik Vandererven, directeur adjoint de la DTTM, a présenté ensuite de nombreuses mesures de France relance 27 à destination des agriculteurs, déclinaison départementale du plan de relance national. Il faut retenir les trois priorités mises en avant : la reconquête de la souveraineté alimentaire, l’accélération de la transition agroécologique au service d’une alimentation saine et durable et l’adaptation au changement climatique.

En matière de transition agroécologique, on peut citer la création d’un plan haies bocagères, une subvention pour la réalisation d’un bilan carbone pour les agriculteurs installés depuis moins d’un an, des subventions pour des investissements visant à structurer des filières, des appels à projet sur le bio, du soutien aux organisations de producteur ou encore la création d’un crédit d’impôt HVE. Dans un autre domaine, il faut souligner la mise en place du plan protéines végétales via différents dispositifs de financement. Pour les filières animales, un plan concerne la modernisation des abattoirs et aussi des projets d’abattoirs de proximité. Un pacte de soutien à la biosécurité et au bien être en élevage est aussi proposé.

Enfin, une prime à la conversion est créée pour acquérir des matériels de précision ou de substitution permettant d’intégrer des pratiques alternatives à l’usage d’intrants. Un financement de matériels et équipements permettant de faire face aux aléas climatiques est proposé, de même que des mesures d’accompagnement pour des entreprises d’agroéquipements et de bio contrôles. D’autres mesures interministérielles et non spécifiques à l’agriculture peuvent aussi être mobilisées.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique