L'Eure Agricole Et Rurale 18 mai 2017 à 11h00 | Par L'Eure Agricole

Le lait de Normandie en quête de labellisation

VALORISATION Une démarche de labellisation du lait de Normandie, sous la forme d'une indication géographique protégée, est en cours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un IGP lait de Normandie permettrait d'ajouter le lait mais aussi les produits laitiers à la liste des produits régionaux de qualité reconnus et appréciés par les consommateurs.
Un IGP lait de Normandie permettrait d'ajouter le lait mais aussi les produits laitiers à la liste des produits régionaux de qualité reconnus et appréciés par les consommateurs. - © Gérard Deloison

Sous l'impulsion de la FRSEA Normandie, avec le concours de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) et l’OS race normande, un travail de concertation a été entamé par les professionnels de la filière laitière depuis plusieurs semaines. L’objectif : construire une démarche de labellisation du lait de Normandie, sous la forme d’une indication géographique protégée (IGP).

« Fabriqué en Normandie », une mention illégale

L’objectif est de mieux valoriser le lait de consommation, mais aussi le lait comme ingrédient servant à fabriquer fromages, crème, yaourts…, collecté dans les exploitations normandes. C’est donc un enjeu important pour la filière. Il permettrait aussi d’apporter une solution pour remplacer la mention « fabriqué en Normandie », apposée sur les étiquettes de nombreuses boîtes de camemberts, aujourd’hui illégale en raison de la présence sur le marché du camembert de Normandie bénéficiant d’une appellation d’origine protégée (AOP), avec un cahier des charges plus strict. Elle permettrait d’indiquer camembert issu de lait de Normandie IGP sur les boîtes, pour identifier les normands, car le nom camembert étant dans le domaine public depuis 1926, il existe des camemberts de plu-sieurs régions françaises. Moins contraignant qu’une AOP,une IGP demande qu’au moins une étape de la production, de la transformation ou de l’élaboration du produit, soit réalisée dans l’aire géographique définie dans le cahier des charges. Elle permet en outre une meilleure reconnaissance de la qualité d’un produit par les consommateurs. En général, elle ne conduit pas à la création d’un produit nouveau, mais à la protection de ce qui existe déjà.

En Normandie, il existe déjà quatre IGP : porc fermier, volailles fermières, cidre de Normandie et poireaux de Créances. Un IGP lait de Normandie permettrait d’ajouter le lait mais aussi les produits laitiers à cette liste de produits régionaux de qualité, dont les consommateurs sont de plus en plus friands.

Laurence Geffroy

Les AOP évoluent avec la normandisation du cheptel

Les filières AOP* camembert de Normandie, Pont-l’Evêque, Neufchâtel et Livarot ont fait le choix d’inscrire, en 2017, un pourcentage minimum respectif de 50 %, 50 %, 60 % et 100 % de vaches normandes dans chaque troupeau à partir du 1er mai 2017 (1er juin pour le Neufchâtel).
Sur 100 000 tonnes de camembert produits en France, 5 500 tonnes bénéficient de l’AOP et concerne 650 producteurs. L’aire géographique est centrée autour des bassins herbagers et bocagers dans les trois départements bas-normands et l’ouest de l’Eure, la pratique du pâturage est obligatoire pendant six mois avec mise à disposition de foin tout le reste de l’année.
La normandisation concerne aussi la crème et le beurre Isigny AOP, mais avec un taux minimum collectif de 30 % et pas par cheptel.

* appellation d’origine protégée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.