L'Eure Agricole Et Rurale 07 novembre 2019 à 06h00 | Par Cyril Cabrol

Le jugement est tombé dans l'affaire Boucherie abolition

Ce mardi 5 novembre 2019, le tribunal d'Evreux a rendu son verdict dans l'affaire où quatorze militants anti spécistes de Boucherie abolition étaient inculpés

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Montage CLG

Les chefs d'accusation étaient lourds et nombreux : vol aggravé, violation de domicile, dégradation, le tout après être entrés illégalement dans trois exploitations de l'Eure, d'Eure et Loir et de l'Orne.

LE PROCES DU 20 SEPTEMBRE 2019

Le procès du 20 septembre s'était tenu dans une ambiance surréaliste avec des accusés ne montrant aucun regret de leurs actions mais se positionnant comme des justiciers, des lanceurs d'alerte et tentant de faire le procès de l'élevage et faisant des comparaisons plus que douteuses en assimilant les éleveurs à des nazis, des capos...

Toutes les personnes familières de l'Histoire apprécieront de telles comparaisons et la procureure de la République d'Evreux avait requis des peines exemplaires face à de tels comportements, réclamant de la prison ferme pour les deux prévenus perçus comme les meneurs, du sursis pour les autres ainsi que la confiscation de biens matériels ayant servi aux délits.


UN VERDICT EN L'ABSENCE DES PRÉVENUS ET DE LEURS AVOCATS
Le juge a rendu son verdict un peu avant 14 heures. L'ambiance était particulière au milieu des présents venus pour d'autres affaires et surtout en l'absence des accusés de Boucherie Abolition et de leurs avocats. Les médias (presse écrite et TV) avaient pourtant fait le déplacement.

Le juge a retenu les chefs d'inculpation suivants : vol aggravé, violation de domicile et dégradation du bien d'autrui commise en réunion. A cela s'ajoute le délit de refus de se soumettre au prélèvement biologique destiné à l'identification.

Les peines prononcées vont de deux mois à onze mois de sursis selon les prévenus. De très modestes condamnations financières pour préjudice moral ont été accordées aux parties civiles.


Réaction de Fabrice Moulard, président de la FNSEA 27

Face à la presse présente, Fabrice Moulard, Président de la FNSEA 27, s'est exprimé à l'issue du jugement. Extraits : « Les agriculteurs ne devraient pas se retrouver aujourd'hui dans un tribunal. Il est inconcevable que des personnes s'arrogent le droit de pénétrer dans des domiciles et des exploitations sans fondement. Le jugement qui a été prononcé, reconnaît la culpabilité des accusés et c'est très important pour les victimes. Il ne faut pas se tromper ; en effet, les victimes sont bien les éleveurs chez qui un groupe d'illuminés est entré. Ce procès n'est en rien le procès de l'élevage mais celui d'individus qui n'ont pas respecté la loi, et en particulier la propriété privée. J'espère sincèrement que ces condamnations entraîneront une prise de conscience chez tous ceux qui pensent que leurs idées leur donnent tous les droits. Je n'ai pas de remarques à faire sur l'ampleur de la peine ; je constate que le juge a condamné, même s'il n'est pas allé à hauteur des réquisitions de madame le Procureur de la République. La FNSEA 27 sera toujours présente lorsque le métier d'agriculteur est attaqué ! »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui