L'Eure Agricole Et Rurale 18 mai 2017 à 12h00 | Par L'Eure Agricole

Le développement du biosourcé porté à court et à long terme

INNOVATION Le biosourcé a des atouts pour lutter contre l'épuisement des ressources minières, a fait ressortir le sommet du biosourcé qui s'est tenu fin avril à Lille.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sacs et bouteilles en plastique, détergents, cosmétiques, garnitures de voitures, peintures, et quantité d’autres substances ou d’ustensiles peuvent être maintenant fabriqués au moins partiellement, à partir d’amidon, de sucres, d’huile ou de fibres.
Sacs et bouteilles en plastique, détergents, cosmétiques, garnitures de voitures, peintures, et quantité d’autres substances ou d’ustensiles peuvent être maintenant fabriqués au moins partiellement, à partir d’amidon, de sucres, d’huile ou de fibres. - © NICOLE OUVRARD

Les produits biosourcés sont ces produits fabriqués à partir de matières premières issues de l'agriculture, de la forêt et de la mer. En ces temps de prix bas du pétrole, ce n’est pas parce qu’un produit est biosourcé qu’il gagne des parts de marché, contrairement au début des années 2010, mais parce qu’il présente des avantages fonctionnels irremplaçables, l’innovation aidant. Le Plant Based Summit (sommet du biosourcé), congrès international qui s’est déroulé du 25 au 27 avril à Lille, a été l’occasion de le rappeler. Du fait de la phase basse des prix du pétrole, « ce n’est pas le simple remplacement des matières fossiles qui guide la stratégie des industriels du biosourcé, mais les spécificités des bioproduits », a souligné François Monnet, président de l’As-sociation pour le développement de la chimie du végétal (ACDV), co-organisatrice du congrès de Lille.

L’exemple des cosmétiques

L’exemple des cosmétiques est le plus parlant, les consommateurs recherchant les qualités naturelles des substances tirées des plantes. De même dans les peintures, l’introduction de biomolécules permet de réduire les composés organiques volatils (COV), a indiqué Gérard Chevillard, responsable du développement durable chez PPG-France, filiale d’un fournisseur mondial de peintures. Le secteur des peintures est très impliqué dans l’introduction de substances végétales, car elles minimisent l’adjonction de ces COV, qui peuvent avoir un effet toxique ou cancérigène. « On peut introduire 3 % de biomolécules dans les peintures. Il y a sept-huit ans le taux était proche de 0 % », a témoigné Gérard Chevillard. Il reste donc de la marge, car 3 %, ce n’est qu’un début. Les substances biosourcées peuvent entrer jusqu’à 25 % dans les peintures pour l’instant.

Un phénomène de société

Les produits biosourcés entrent peu à peu, et probablement durablement, dans notre quotidien. Sacs et bouteilles en plastique, détergents, cosmétiques, garnitures de voitures, peintures, et quantité d’autres substances ou d’ustensiles peuvent être maintenant fabriqués au moins partiellement, à partir d’amidon, de sucres, d’huile ou de fibres. Les chimistes estiment que 10 % des matières premières utilisées par la chimie sont issues de la biomasse, cette matière organique fournie par le monde du vivant, essentiellement végétal, a indiqué l’ACDV au Plant Based Summit 2017 (PBS). Cette part augmente lentement mais sûrement. Et cela même quand le prix du pétrole est bas. C’est une tendance de fond, qui correspond à une prise de conscience de la société. De même que les protéines végétales tendent imperceptiblement à remplacer la viande dans les pays qui en consomment beaucoup, les produits biosourcés grignotent peu à peu le marché des pro-duits issus du pétrole, a avancé Thierry Stadler, président du pôle de compétitivité picard et champenois Industrie et Agro Ressources (IAR). Mais quand le biosourcé aura fait le plein de ses fonctionnalités spécifiques, aura-t-il atteint sa limite ?Sans doute pas, estime François Monnet. Il aura d’autres territoires à conquérir, en se montrant « durable » sur le long terme. Autrement dit, constituer une alternative à l’épuisement des ressources minières mondiales, ces dernières n’étant pas en mesure, en l’état actuel des choses, de supporter une consommation à l’occidentale généralisée. La chimie renouvelable doit apporter une réponse au défi du « jour du dépassement de la Terre » (« l’Earth overs-hoot day »), a-t-il précisé, citant ce calcul du Global footprint network (réseau sur l’empreinte globale) : le 8 août de chaque année, l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année.

MN

Gobelets et crayons en plastique biodégradable à partir d'amidon de maïs.
Gobelets et crayons en plastique biodégradable à partir d'amidon de maïs. - © C.Gloria

Le premier secteur de la chimie du végétal est celui des polymères

Le premier secteur de la chimie du végétal est celui des polymères, autrement appelés « matières plastiques ». Ces derniers « représentent 60 % des applications » de la chimie du végétal, selon l’ACDV. Les biopolymères sont des dérivés de l’amidon de blé, de maïs, de pommes de terre, ou de sucre de betterave ou de canne ou de mélasse (un co-produit des sucreries). L’amidonnier Roquette trans-forme chaque année 7 millions de tonnes de blé et maïs et un million de tonnes de pommes de terre pour fabriquer des produits à base d’amidon pour l’alimentation, la pharmacie, la papeterie, les adhésifs, les plastiques et les peintures, a indiqué Christophe Rupp-Dahlem, responsable des affaires publiques chez Roquette.L’amidonnier français produit une peinture biosourcée à 98 % et 20 000 tonnes d’isosorbide pour des plastiques durs et transparents. Parmi les finalistes du concours de bioproduits au PBS 2017, a figuré Amidograf, une agrafe de palissage de la vigne 100 %végétale, réalisée en amidon et en fibres végétales, dont la biodégradation complète s’effectue au sol au milieu des vignes.Lors de ce congrès, le concours « Agrobiobase », lancé par le pôle IAR et sponsorisé par l’ACDV, a distingué la société EcoTechnilin pour son produit Biosorb, un tapis filtrant composé d’écorces et de lin. Ce tapis filtrant repose sur les propriétés intrinsèques des écorces d’arbres de fixer différents polluants. Il a la capacité de concentrer les métaux lourds et les radio-nucléides présents dans les fluides. Il peut ainsi être utilisé à des fins de dépollution ou de récupération de métaux précieux, par des industriels, dans le secteur nucléaire, de la métallurgie ou de la chimie fine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui