L'Eure Agricole Et Rurale 28 avril 2021 a 08h00 | Par D.BRIAND

Le chanvre, un miracle de la nature.

Culture de printemps, le chanvre présente des atouts agronomiques indéniables. Liniculteur dans la plaine de Caen, Henri Pomikal les découvre en 2019, en intégrant les essais chanvre normands.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les essais de chanvre
de Henri Pomikal depuis 2019, d'abord sur 300 m2, puis 4
hectares
Les essais de chanvre de Henri Pomikal depuis 2019, d'abord sur 300 m2, puis 4 hectares - © DR.

Après sa rencontre avec Nathalie Revol, chargée des essais chanvre en Normandie pour l'association Lin et Chanvre bio (LCBio), le producteur de lin Henri Pomikal, alors président de la coopérative linière du nord de Caen, casse 300 m2 de betteraves pour semer du chanvre. Il intègre le programme de LCBio qui réalise des essais chanvre textile en Normandie depuis 2017. L'association lui fournit la semence, assez chère - le double de celle du lin - et Nathalie Revol réalise les comptages : « à la levée, je compte la densité et à la récolte, la hauteur, le diamètre et la densité ». LCBio indemnise les producteurs et se rend propriétaire de la matière, « on la regroupe pour procéder à des essais filature et vérifier le potentiel textile de nos essais ».

 

Sans herbicide ni insecticide

Les variétés de chanvre (cannabis sativa L.) semées en France sont sélectionnées pour leur faible teneur en THC, inférieur à 0,2 %. Le THC est la molécule psychotrope du cannabis.

Semée mi-mai, c'est une culture annuelle qui rompt le cycle des adventices, favorise l'allongement des rotations. Excellente tête d'assolement, le chanvre structure le sol grâce à ses racines pivotantes. Il ne nécessite aucun désherbage, ni chimique, ni mécanique, et laisse un sol propre. Rustique, le chanvre est cultivé sans fongicide, ni insecticide et, comme le lin, ne nécessite aucune irrigation. C'est une culture qui permet de réduire l'indicateur de fréquence de traitement (IFT) de l'exploitation. Pour toutes ces raisons, le chanvre est naturellement adapté aux méthodes de l'agriculture biologique.

 

Remplacer la betterave

Plante étouffante, le chanvre nettoie les sols et assure parfaitement son rôle dans l'assolement. Aussi, elle pourrait avoir toute sa place dans les exploitations, notamment celles qui, comme Henri Pomikal, ont perdu la betterave. Selon lui, l'idéal est une rotation type colza-blé, blé-lin, blé-chanvre qui permet de conserver une rotation de six ans minimum pour pouvoir faire du lin. « On va retrouver une rotation de six ans et, en théorie, si tout va bien, on peut remplacer la betterave par le chanvre. C'est ça qui m'a fait aller vers cette culture », confie-t-il. En bio, le chanvre peut être une bonne tête d'assolement. Sans fongicide, sans désherbage, le chanvre ne nécessite aucun intrant. « Je travaille dans l'esprit du conventionnel, conclut le linicuteur, mais le chanvre répond aux demandes sociétales actuelles ». L'objectif est d'avoir une rentabilité au moins égale au lin, voire supérieure, sachant que le prix du chanvre, qui vient de Chine, est actuellement supérieur à celui du lin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique