L'Eure Agricole Et Rurale 04 septembre 2020 à 07h00 | Par Frédéric DURAND

Laurent Haye fonde Gumi pour répondre au circuit court.

Depuis 20 ans, à Tilleul-Dame-Agnès sur 110 hectares, le céréalier Laurent Haye cultive du blé, du colza, de l'orge et du lin textile.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laurent Haye apporte une attention toute particulière
à ses légumineuses.
Laurent Haye apporte une attention toute particulière à ses légumineuses. - © F. DURAND

Il y a encore quelques mois, il fournissait à la coopérative Natup des petits pois pour un débouché animal. Seulement en 2018, par conviction, il se tourne vers l'agroécologie « pour redonner de la vie au sol. Il faut travailler la terre très peu et au fur et à mesure la biodiversité se développe ». Cela permet à l'agriculteur d'étendre la surface consacrée aux légumineuses. Avec son épouse Charline, Laurent Haye fonde Gumi « pour connaître aussi la traçabilité de mes produits. Mes graines ne sont plus mélangées avec celles des autres ».

 

LE CHOIX DU HVE

Persuadé que ses clients cherchent du local et « non pas que du bio qui ne met pas forcément en valeur les efforts sur la biodiversité », pour cultiver au mieux des lentilles vertes, des pois chiches, des pois cassés verts et jaunes, de la graine de lin et par transformation produire des farines issues de ses légumineuses, l'entrepreneur a opté pour la certification HVE (haute valeur environnementale) : « elle existe depuis 2007 et n'interdit pas tous les produits chimiques. Nous pouvons de façon raisonnée, continuer à en appliquer. Nous sommes cependant régulièrement audités par un organisme indépendant. Il prend en compte notre consommation d'eau, de fertilisants et la valorisation de notre biodiversité ».

 

UN RÉSEAU DÉVELOPPÉ EN ESCARGOT

À partir de là, Laurent Haye est devenu aussi un commercial « pour toucher une nouvelle gamme de consommateurs : plus jeunes, plus sensibles à l'environnement, qui veulent cuisiner. Ils sont intéressés par les légumineuses riches en protéines, fer et fibres. C'est un bon complément à la viande et c'est facile à préparer ». Alors, il a monté son réseau pour écouler les graines mises en sachets de 500 grammes. D'abord autour de chez lui, il a ensuite élargi comme une coquille d'escargot jusqu'à Paris et la Manche : « je fournis les épiceries fines et en vrac, des magasins de producteurs et des plateformes web. Depuis peu, nous livrons aussi la restauration collective. Notre futur projet est de participer avec d'autres producteurs à la création d'une conserverie à Bernay ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui