L'Eure Agricole Et Rurale 03 mai 2022 a 08h00 | Par Actuagri

La tonne de blé à plus de 300 EUR en 2022-2023 ?

La guerre d'Ukraine passée, les cours des céréales devraient s'assagir si la production mondiale de maïs 2022-2023 est abondante. Toutefois, les marchés des céréales resteront essentiellement portés par la demande mondiale.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les besoins en grains ne devraient pas faiblir en 2022-2023.
Les besoins en grains ne devraient pas faiblir en 2022-2023. - © J.C. GUTNER

« Il va falloir s'habituer à acheter des céréales cher », a déclaré Laurent Berthelier, directeur trading et trituration de Feed Alliance en participant à la Journée des matières premières 2022 du club Aftaa. « Comme dans les prochains mois les marchés mondiaux de céréales seront tirés par la demande, on n'imagine pas le prix de la tonne de blé inférieur à 300 Ä et ne pas couvrir les coûts de production de céréales », a-t-il ajouté.

Les besoins en grains ne devraient pas faiblir en 2022-2023. Les pays importateurs de céréales - africains notamment - resteront aux achats. Le Fonds monétaire international serait disposé à accorder, à certains d'entre eux, des prêts pour subventionner abondamment le prix du pain vendu à la population. Car tout doit être mis en oeuvre pour éviter des émeutes urbaines comme en 2008.

Pour toutes ces raisons, « il ne faut pas s'attendre à un effondrement rapide des prix des grains, défend encore Laurent Berthelier. Par ailleurs, le coût du fret est très élevé et la faible parité du dollar renchérit les prix en euros des céréales ».

Or la planète a besoin de maïs. Aussi, les cours des céréales évolueront avant tout en fonction des quantités de maïs qui seront récoltées au cours des douze prochains mois. Ces dernières semaines, c'est le prix du blé qui a flambé sur les marchés physiques. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a surpris les opérateurs aux achats. Pourtant les farmers étasuniens seraient tentés de semer du soja aux dépens du maïs, moins exigeant en azote pour se développer. A la fin du mois de mars, l'USDA, l'institut de statistiques américain estimait qu'entre 35 et 36 millions d'hectares de soja pourraient être plantés ce printemps. Dans le même temps, le prix attractif du bioéthanol de maïs et l'absence de l'Ukraine à l'export pourraient inciter ces mêmes farmers à revoir leurs choix lorsqu'ils s'apprêteront à semer leurs champs. N'observe-t-on pas les cours du soja et du maïs se rééquilibrer en faveur du dernier ?

 

ACCESSIBLE ET BON MARCHE

En 2022-2023, la planète ne devrait pas manquer de céréales si aucun accident climatique majeur ne survient. Mais la production mondiale de grains exportables sera répartie différemment entre les pays producteurs.

« En Ukraine, si le front se concentre à l'est du pays, les agriculteurs des régions centrales et occidentales pourraient avoir accès à leurs terres et les mettre en culture, explique Laurent Berthelier. Dans ce cas de figure, plus de la moitié du potentiel de production du pays pourrait être sauvé ». D'ici l'été prochain, la Russie se remettra aussi à exporter des céréales, car elle a besoin de devises. Mais les ports de la mer Noire et de la mer d'Azov, paralysés, bombardés et minés, ne pourront pas être pleinement opérationnels.

Par ailleurs, le gouvernement russe et le gouvernement ukrainien prioriseront l'approvisionnement de leur pays afin de rendre les denrées agricoles accessibles et bon marché.  Ces dernières semaines, les fonds financiers n'ont pas particulièrement accentué l'inflation des prix du blé. Leur pression s'est davantage portée sur les marchés du maïs, car les stocks de fin de campagne des principaux pays exportateurs étaient bien faibles pour compenser l'absence de l'Ukraine. Du reste, les cours des céréales avaient fortement augmenté les mois précédents l'invasion du pays. La demande mondiale de grains avait été très importante dès le début de la campagne et les stocks alors disponibles étaient déjà insuffisants pour parer à tout accident.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique