L'Oise Agricole 19 avril 2018 à 09h00 | Par Actuagri

La politique du gouvernement dépite l’AGPB

Alors que le revenu de la filière céréalière n’excède pas 900 millions d’euros par an, le gouvernement accroît de 2,3 milliards d’euros par an leurs charges, selon l’AGPB.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
«Le président de la République veut-il encore des céréaliers ?», questionne Philippe Pinta, président de l’AGPB.
«Le président de la République veut-il encore des céréaliers ?», questionne Philippe Pinta, président de l’AGPB. - © AGPB

«Le président de la République veut-il encore des céréaliers ?», questionne Philippe Pinta, président de l’AGPB. La section spécialisée de la FNSEA dresse un réquisitoire très sévère de la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron, président de la République. Selon le président de l’AGPB, les 100 000 céréaliers sont ignorés alors que le solde commercial des exportations de céréales de six milliards d’euros par an est le quatrième poste excédentaire français   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Oise Agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui