L'Eure Agricole Et Rurale 09 août 2021 a 07h00 | Par Julie Pertriaux

La FNB prédit que 22 000 exploitants seront éligibles

Le gouvernement a annoncé, en mars, une enveloppe de 60 millions d'euros pour les éleveurs de bovins allaitants impactés par la crise de la Covid-19. Depuis lundi 26 juillet et jusqu'à mercredi 15 septembre, ils peuvent remplir leur dossier, uniquement en ligne, sur le site de FranceAgriMer.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Thierry THOMAS, responsable viande à la FDSEA 61.
La FNB prédit que 22 000 exploitants seront éligibles
Thierry THOMAS, responsable viande à la FDSEA 61. La FNB prédit que 22 000 exploitants seront éligibles - © DR:

Quels préjudices financiers, induits par la pandémie, les éleveurs de bovins allaitants ont-ils subis ?

Depuis février 2020, les éleveurs de jeunes bovins d'engraissement ont eu un manque à gagner sur les marchés à l'exportation en Union européenne et dans les pays tiers. Cela a conduit à des surstocks en France et à la baisse du prix au kilo. Ils ont aussi subi la fermeture de la restauration, notamment collective, et n'ont pas pu écouler leurs bêtes aux périodes habituelles. Ce manque de dynamisme a une incidence sur la production de broutards, pour laquelle le nombre d'ateliers mis en place a baissé. Les stocks de broutards ont aussi fait chuter les prix. Des animaux ont été mal vendus.

D'où cette aide exceptionnelle du Gouvernement. Qui y est éligible ?

L'aide cible les catégories broutards mâles et JB vendus, sur douze mois, liés à la période Covid-19, entre le 1er avril 2020 et le 31 mars 2021. Sont visées les races allaitantes, mixtes ou croisées. Pour y prétendre, il faut répondre à plusieurs critères : moins de 11 000 EUR de revenu par unité de travail non salarié en 2020 ; avoir dix animaux minimum ; avoir eu les animaux vendus au moins 120 jours dans l'exploitation et 60 % du chiffre d'affaires liés à l'activité viande. Cette dernière condition n'est pas logique, car les pertes d'exploitations spécialisées sont les mêmes qu'on ait un ou plusieurs ateliers. Beaucoup de gens ne vont pas se retrouver dedans. Le système manque d'équité. La FNB prédit que 22 000 exploitants seront éligibles, pour un montant estimé de 2 000 à 3 000 EUR par ferme ou de 41 EUR par broutard et 52 EUR par JB.

Quelle est la position du syndicalisme ?

Nous demandons toujours un soutien à la production, mais le syndicat cible, au départ, une prise en compte des coûts de production dans nos élevages, pour tirer la filière vers le haut. Nous souhaitons que les pouvoirs publics nous aident à contractualiser. Cette mesure exceptionnelle aide les exploitations aux plus bas revenus, mais ne permet pas d'envisager un avenir dynamique pour les producteurs de viande bovine.

 

Pour tout renseignement, vous pouvez consulter le site des services de l'État dans l'Eure :

https://www.eure.gouv.fr/Politiques-publiques/Agriculture/Soutien-aux-exploitants/Aide-exceptionnelleaux-BOVINS-ALLAITANTS-COVID

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique