L'Eure Agricole Et Rurale 14 novembre 2020 à 08h00 | Par Audrey Ottonelli

La Dame aux confitures.

Fin septembre, je déambule, sous une pluie battante, dans les allées du festival 1001 légumes, organisé au potager de Beaumesnil. Je m'arrête devant la Fabrik d'Annick. La pétillante septuagénaire propose des confitures artisanales insolites, parfois aux fruits, parfois aux légumes...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Annick Baillehache-Lamotte et ses confitures artisanales
insolites, parfois aux fruits, parfois aux légumes.
Annick Baillehache-Lamotte et ses confitures artisanales insolites, parfois aux fruits, parfois aux légumes. - © Audrey Ottonelli

Des notes de citron confit, des senteurs de pétales de roses, des arômes d'épices, des touches de panais, de betteraves, de tomates, de reine-claude, de nèfles, des tourbillons de caramel ou encore de vanille défrayent mon sens olfactif puis mon palais. Des recettes anciennes, originales, audacieuses, voire insolites parfumées de fleurs, plantes aromatiques et autres épices concoctées par Annick Baillehache-Lamotte.

 

AUDACIEUSES ET INSOLITES

« Je participais à des concours locaux où je présentais mes confitures maison ». De fil en aiguille et de compliments en demandes, la retraitée s'est lancée et a créé son entreprise en avril 2019. « C'est une passion depuis une dizaine d'années. Une passion arrivée de façon inattendue. Un cousin m'apporte de nombreux légumes de son potager. J'étais inondée de butternuts et autres betteraves rouges », s'amuse Annick Baillehache-Lamotte. Pour ne pas les jeter, « je me suis essayée aux confitures de cucurbitacées ». Aujourd'hui, la Dame aux confitures propose ses produits à base de produits locaux ou de son jardin. « Je m'approvisionne essentiellement chez les petits producteurs locaux sauf pour les agrumes et les bananes. Les framboises et les groseilles viennent de mon jardin situé entre Le Neubourg et Beaumont-le-Roger. J'ai, également un cerisier, un arbousier, des pommiers, des poiriers... »

Son objectif : confectionner des confitures qui font voyager, des confitures « que l'on retrouve pas dans les rayons des grandes surfaces ».

 

DES HISTOIRES DANS L'HISTOIRE

« Je m'inspire de la cuisine comme ma confiture au melon porto qui sent bon l'été. Je recherche, aussi, de vieilles recettes de gâteaux régionaux pour les transformer. La confiture d'abricots aux amandes des noyaux et citron confit ressemble au gâteau traditionnel de Toulouse ». Cette création est joliment appelée « pour la fête du Fenetra », le nom de cette fameuse tarte toulousaine. Annick Baillehache-Lamottene fait pas les choses à moitié, ainsi, elle s'amuse en donnant des noms aux notes historiques. « La confiture de lait est une référence napoléonienne. Laconfiture à la violette se nomme « Retour d'exil » et celle aux abricots et basilic « Sorcellerie à Harcourt » car l'histoire veut que les sorciers au Moyen-âge cultivaient du basilic dans leurs jardins et confectionnaient des philtres envoûtants... »

 

Retrouvez la Fabrik d'Annick surFacebook : @lafabrikdannick

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique