L'Eure Agricole Et Rurale 09 juillet 2014 à 08h00 | Par Sylvain Gangneux

L’export de céréales, un atout et des défis pour demain

En 2013, le revenu agricole de la ferme haut-normande a été de 276 millions d’euros, soit un recul de 40 % par rapport à 2012 et il est inférieur de 18 % à la moyenne sur 5 ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les chambres d’Agriculture de l’Eure et de Seine-Maritime ont fait une présentation commune des chiffres de l’agriculture régionale, le 3 juillet à Rouen.
Les chambres d’Agriculture de l’Eure et de Seine-Maritime ont fait une présentation commune des chiffres de l’agriculture régionale, le 3 juillet à Rouen. - © S. Gangneux

Pour la première fois, les chambres d’Agriculture de Seine-Maritime et de l’Eure ont fait une présentation commune des chiffres de l’agriculture régionale. Autre nouveauté, cet après-midi du 3 juillet s’est déroulé dans l’hémicycle du conseil Régional. Claude Taleb, vice-président du conseil Régional en charge du dossier agricole, a rappelé le poids que représentait l’agriculture dans le tissu économique de la région et a insisté sur la nécessaire « double performance environnementale et économique de l’agriculture ». Marie Breton et Isabelle De La Borde, du pôle économie et prospective de la chambre d’Agriculture régionale, ont présenté le rôle prépondérant des productions de céréales dans le revenu haut-normand. Retour sur les principaux chiffres préentés.

Chiffre d’affaires végétal 2013 : en baisse de 14,4 %
Les 803 769 hectares de la surface agricole haut-normande, qui représentent 65 % du territoire, sont valorisés pour les deux tiers par des cultures de vente et le reste par des cultures fourragères. Ce qui représente un chiffre d’affaire de 923 millions d’euros pour le végétal, en baisse de 14,4 % par rapport à 2012, contre 586 millions d’euros pour l’animal qui est en hausse de 3,6 % pour la même période.La sole de blé de la région a augmenté quant à elle de 10 % sur 10 ans. Cette évolution est essentiellement due à la fin de l’obligation de terre en jachère, au retournement de prairies permanentes mais aussi à la baisse de la culture de protéagineux. Autre élément important, les deux départements, Eure et Seine-Maritime, ont des conditions pédoclimatiques qui leur permettent d’augmenter leurs rendements et de se situer au deuxième ou troisième rang national. Le blé représente à lui seul 50 % du chiffre d’affaires végétal et la baisse des prix de 17,5 % à 178 € la tonne en 2013 en moyenne impacte directement le revenu de la ferme haut-normande. Les autres cultures jouent, cette année, un rôle de sécurisation.


(...)


Un marche porteur mais pas acquis
Selon les projections, il faudra produire 70 % de céréales en plus soit 10 à 15 millions de tonnes supplémentaires en France. Cependant, « nos clients sont de plus en plus exigeants et les autres pays exportateurs sont de plus en plus compétitifs ». Selon Laurent Martel, des pays comme la Russie s’organisent et ont comme objectif d’exporter 30 millions de tonnes quand actuellement ils oscillent entre 10 et 20 millions de tonnes. Pour cela, ils ont mis en place une sélection variétale adaptée à leurs conditions pédoclimatiques, ils ont un taux moyen de protéine élevé, un rendement moyen qui peut largement être amélioré facilement. Enfin, ils ont encore 24 millions d’hectares de surfaces arables disponibles. Pour rester dans la course, les producteurs français devront conserver, voire améliorer la qualité du produit, conserver l’hinterland céréalier de Sénalia compétitif qui représente actuellement 60 % du blé français, en développant le transport maritime et ferroviaire.


(...)



Pour lire cet article dans son intégralité,
rendez-vous dans l'Eure Agricole et Rurale du 10/07/14, page4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui