L'Eure Agricole Et Rurale 10 août 2021 a 07h00 | Par CHRISTOPHE SOULARD

L’Anses veut assouplir les farines animales

Dans un avis qu’elle a rendu public début juillet, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) ne s’oppose pas à un assouplissement réglementaire concernant les protéines animales transformées (PAT).

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © DR:

Un an après avoir été saisie par les ministères de l’Economie et de l’Agriculture, l’Anses vient d’émettre un avis favorable à l’utilisation des protéines animales transformées, nouveau nom des « farines animales ». Certes, elle émet cet avis sous conditions. Elle souhaite ainsi que les farines issues d’animaux sains et tracés ne fassent pas l’objet d’autoconsommation. Clairement elle envisage, par exemple, que les farines de porc ne soient destinées qu’aux poulets et que celles de poulets n’aillent qu’aux porcs.

Pour limiter les risques d’échanges, ces farines animales ne pourront pas être utilisées dans les fermes qui élèvent à la fois des porcs et des poulets, ainsi que celles qui comptent des bovins, précise l’Anses.

Afin de limiter au maximum des risques de contaminations croisées, l’Anses recommande une séparation effective et stricte des circuits et des sites de production : chaque produit (porcs, volailles) aurait, en quelque sorte, sa filière (abattoir, collecte des sous-produits, fabrication des PAT, usines de production d’aliments du bétail, transports) auxquels seraient associés systématiquement des moyens de contrôles et de traçabilité.

Se pose cependant la question de savoir si les fabricants d’aliments du bétail sont prêts à investir dans ce type de filières.

« Une franche opportunité »

L’Anses est aussi favorable à la production de protéines issues de sept insectes, là encore sous conditions. En effet les insectes peuvent véhiculer des risques biologiques, tels que la salmonelle, brucellose, E. coli, circovirus, agent du rouget, etc., et des risques chimiques : mycotoxines telles que la déoxynivalénol (DON), la zéaralénone (ZEA), éléments traces métalliques (ETM) comme le plomb, le cadmium, l’arsenic, etc. C’est pourquoi l’Anses qui n’identifie globalement pas de dangers supplémentaires par rapport à ceux présentés dans son avis de 2015, recommande l’application systématique d’une période de jeûne d’au moins 24 h avant la récolte des insectes et leur transformation. Cela permettra notamment « une bonne séparation du frass (déjections pouvant être source de contaminants) et des insectes », indique l’avis. Elle recommande aussi l’application d’un traitement thermique visant à mieux maîtriser les dangers biologiques.

Ces prérequis pris en compte, l’Agence ne s’oppose pas à un assouplissement de la réglementation. C’est une manière de donner des gages à l’Union européenne qui veut aboutir à la réintroduction de ces PAT qu’elle estime compatibles avec le Green Deal et le Farm to Fork. L’objectif que s’est fixé la Commission est d’adopter son règlement sur les PAT avant la fin de l’année 2021. Reste à savoir si les agriculteurs biologiques pourraient, si elles étaient réintroduites, utiliser ces PAT. Le syndicat agricole allemand, le Deutscher Bauernverband e.V. – DBV, équivalent de la FNSEA, voit dans cette réintroduction « une franche opportunité pour les éleveurs engagés en agriculture biologique ». Dans la mesure où ces protéines permettent aussi de contribuer à l’économie circulaire.

Le rapport (daté de juin) peut être téléchargé à l’adresse suivante :

https://www.anses.fr/fr/system/files/ALAN2020SA0094Ra.pdf

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique