L'Eure Agricole Et Rurale 09 janvier 2020 à 10h00 | Par Laurence Geffroy

L’agriculture paye un fort tribu en Australie.

Les incendies qui font rage en Australie sont les plus meurtriers de l’histoire de ce pays-continent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La ministre de l’Agriculture, Bridget McKenzie, recommande aux éleveurs de photographier leur bétail mort et blessé pour les réclamations d’assurance.
La ministre de l’Agriculture, Bridget McKenzie, recommande aux éleveurs de photographier leur bétail mort et blessé pour les réclamations d’assurance. - © DR:

Des centaines de maisons ont été détruites, des millions d’hectaresont brulé. La partie sud-est de l’Australie où se déroule actuellementla catastrophe est la zone la pluspeuplée. C’est aussi là que sont situées les exploitations agricoles. Records de température, sécheresse extrême et vents violents ont contribué à créer ce désastre météorologique. 41,9 degrés celcius ont été atteints à la mi-décembre !

Quatre Etats d’Australie sont aujourd’hui concernés. Les feux se comptent parcentaines. Les scientifiques imputent ces incendies au réchauffement climatique, bien sûr. Ils avaient prédit que les feux seraient plus fréquents et plus intenses dans le bush australien. Le gouvernement est accusé de n’avoir rien fait pour réduireses émissions de CO2.

 

UNE PERTE IMPORTANTE DE BETAIL

D’après la presse australienne, les agriculteurs euthanasient le bétail qui a réussi à survivre aux feux de brousse, car ils sont blessés ou trop stressés. La ministre de l'Agriculture, Bridget McKenzie, recommande aux éleveurs de photographier leur bétail mort et blessé pour les réclamations d'assurance. La présidente de la Fédération nationale des agriculteurs, Fiona Simson, a déclaré ne pas être en mesure de quantifier les pertes. « Bien que nous ne connaissions pas encore les chiffres exacts, il y a eu une perte importante de bétail dans certaines parties du pays, plus récemment dans des régions telles que le nord de Victoria et la côte sud de la Nouvelle-Galles du Sud », a-t-elle déclaré d’après le Newcastle Herald.

Les secteurs les plus touchés sont le secteur laitier où de grandes parties de la côte sud de la Nouvelle-Galles du Sud et le nord-est de Victoria continuent d'être menacés. McKenzie a déclaré qu'il faudrait probablement des mois pour réparer les clôtures et rétablir l'approvisionnement en eau dans les zones d’élevage. Nourrir les animaux sera certainement très difficile, l’Australie étant isolé du reste du monde. La ministre a annoncé que des mesures seront mises en place pour aider les agriculteurs.

Dans l’Etat du Victoria, le ministre del'Agriculture, Jaclyn Symes, a exhorté les agriculteurs à quitter les zones d'incendie, tout comme les autres résidents. « Je sais quede nombreux agriculteurs voudront resterpour défendre leurs propriétés, leur bétailou leurs récoltes et je comprends cela, a-t-elle déclaré à la radio ABC jeudi dernier. Ils pourront retourner dans leurs fermes dès que la zone deviendra sûre, mais pour l'instant, nous exhortons les gens à partir, en particulier les propriétés rurales que le feu peut traverser et à se rendre dans un endroit sûr avant qu'il ne soit trop tard.» Des observateurs demandent que soit mis en place une aide pour transporter le bétail là où il y a un accès plus fiable à l'eau dans le sud-est de l'Australie du Sud.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique