L'Eure Agricole Et Rurale 08 février 2020 à 05h00 | Par Audrey Ottonelli

Jacqueline Goujis oeuvre depuis 37 ans pour sa commune.

A l’approche des municipales, L’Eure Agricole et Rurale vous propose de découvrir, chaque semaine, le portrait d’un agriculteur qui s’investit pour son territoire. Aujourd’hui, Jacqueline Goujis, maire de Bois-Azeray, petit village situé à quelques kilomètres de Rugles, dans le sud de l’Eure.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Jacqueline Goujis a investi la vie municipale de son petit village de 170 habitants en 1983. « J’ai débuté en tant que conseillère. C’était à l’époque où l’on cherchait des agriculteurs pour représenter le village. Aujourd’hui, rien n’a changé, on en cherche encore ! C’est eux qui sont et font la ruralité ». En 1989, l’éleveuse de vaches laitières et vaches à viande – à la retraite depuis une dizaine d’années – est élue adjointe puis maire en 2008. « Au fil des années, j’ai pris goût aux tâches qui m’étaient incombées». En mars, cette femme qui « aime les gens » sera tête de liste lors des municipales mais seulement « pour former mon futur adjoint à la fonction de maire. Je vais me retirer pendant ce mandat » car à 72 ans, Jacqueline Goujis sait qu’elle doit passer la main.

 

RÉPONDRE AUX CITOYENS

« L’avantage d’être agriculteur pour un conseiller municipal est que l’on peut répondre aux interrogations des citoyens ». Jacqueline Goujis ne laisse pas passer les intox comme « agriculteur pollueur », « c’est à cause de mon voisin agriculteur que mon frère a un cancer », « les paysans puent ». « J’essaye de rétablir la vérité et apporter les meilleures réponses à mes concitoyens. En 37 ans, le regard sur le paysan a, malheureusement, changé. La faute aux médias qui en ont trop fait ! Aujourd’hui, beaucoup de choses sont ancrés dans les consciences. Et ce, à tort ». En presque quatre décennies à la tête de Bois-Azeray, la première magistrate a vu la côte de popularité des exploitants baisser.

 

PEU DE FINANCES

Jacqueline Goujis déplore le manque de finances dans sa commune et les difficultés à obtenir des subventions pour son église par exemple. « Nous avons entrepris la rénovation de tableaux et du retable de l’église mais nous peinons à obtenir des subventions pour mener à bien ce projet ». Durant son mandat, la maire a toutefois permis la mise aux normes de l’assainissement de la salle des fêtes et du logement communal. « Il reste des choses à faire dans l’église, sur le terrain de pétanque mais nous devons terminer les travaux en cours par manque de moyens ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui