L'Eure Agricole Et Rurale 19 mars 2014 à 08h00 | Par Propos recueillis par F.Carbonell

interview - « Renforcer nos missions et nos actions »

Nouveau mandat de trois ans pour Régis Chopin, le président de la FNSEA 27. Le responsable syndical entend conforter encore le réseau, largement renouvelé, des élus cantonaux.Mais d’autres dossiers difficiles l’attendent.Explications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FC

Vous venez d’être reconduit à la tête de la FNSEA 27. Un premier commentaire ?
Voilà quatre années que je préside la fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles.Un nouveau mandat m’a été donné pour trois années afin de poursuivre le travail engagé mais, surtout, pour renforcer nos missions et nos liens avec les adhérents pour mieux les défendre.Trois ans, aussi, pour préparer une nouvelle équipe et l’avenir de la fédération devenue FNSEA27.
Préalablement à l’élection du bureau, il y a eu un large renouvellement des équipes cantonales.


Comment voyez-vous le travail et l’action de ce réseau de proximité aujourd’hui ?
Une nouvelle feuille de route va être donnée aux présidents cantonaux pour tisser de nouveaux liens avec les adhérents.J’insistera sur la proximité avec nos agriculteurs car nous sommes avant tout un syndicat patrinal soucieux de fédérer, de défendre et d’agir. Pour cela, nous avons décidé de redonner « de la voilure »  à notre bureau en démultipliant les secrétaires généraux dont la mission sera d’accompagner l’échelon cantonal.


Ce second mandat  va être marqué, d’entrée, par l’application de la réforme de la Pac et ses « adaptations » françaises. Comment appréhendez-vous cette mise en place ?
Effectivement, l’application de la prochaine réforme de la Pac risque de contrecarrer nos objectifs de progression.Si, au cours de mon premier mandat, nous avons renforcé notre taux d’adhésion, il s’agit maintenant de conforter notre présence en dépit d’un contexte plus défavorable (baisse des prix, diminution des soutiens, charges toujours en progression...).A nous d’être convaincants et plus présents sur le terrain avec deux obligations essentielles : informer les agriculteurs et réagir en terme de propositions syndicales à négocier.La prochaine application de la réforme comporte des imperfections qu’il faudra à tout prix corriger, notamment, la définition et la reconnaissance du statut de l’actif agricole, quelque soit la forme juridique de son entreprise.
Plus concrètement, la redistribution des aides – du nord vers le sud de l’hexagone – impacte directement l’Eure puisque le « manque à gagner » est évalué aux alentours des 32 M d’€.

Quels sont les leviers sur lesquels  vous allez travailler pour atténuer cette perte ?
A cette diminution de soutiens européens pour la ferme Eure (- 32 Md’€) s’ajoute une baisse du revenu de 117 Md’€ pour les exploitations de l’Eure en 2013.Il y a donc urgence à réagir, à faire des propositions pour compenser ces baisses. Je le disais à l’instant, il est nécessaire de revenir sur le futur paiement redistributif aux 52 premiers hectares qui induit une véritable discrimination entre les différentes formes sociétaires. (...)

 


La suite de cet interview, ainsi que la présentation des élus FNSEA 27  dans l'Eure Agricole et rurale du 20/03/14, pages 21, 22, 23 et 24.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui