L'Eure Agricole Et Rurale 07 octobre 2021 a 16h00 | Par Propos recueillis par Mylène Coste

« Il est où le patron ? »

Elle vient tout juste de paraître en librairie : la bande dessinée « Il est où le patron ? », réalisée par cinq paysannes et la dessinatrice Maud Bénézit, redouble d’engagement et d’humour pour aborder la question du sexisme dans l’agriculture.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © DR.

On découvre dans cette BD de 192 pages le quotidien d’une poignée d’agricultrices, leurs coups de gueule, mais aussi leurs joies et leur passion pour leur métier. Entretien avec leurs autrices.

 

Que nous raconte « Il est où le patron » ?

C’est l’histoire de trois femmes, paysannes, voisines de marché, qui se rencontrent, s’entraident et se lient d’amitié. Il y a Jo, qui débarque seule pour reprendre la ferme et le troupeau de chèvres du vieux Georges. Ça n’est pas facile tous les jours pour elle, même si elle n’a pas froid aux yeux : il paraît que c’est une féministe… Coline, elle, n’a pas trop le temps de se poser des questions, elle est bien prise par la fromagerie, son rôle au syndicat et ses deux enfants. Avec son mari Pierre, elle a l’impression que tout se passe bien, même si certaines situations lui pèsent. Anouk, elle, est apicultrice. Elle a quitté la ville il y a quelques années et cherche toujours sa place dans un monde où la virilité semble érigée en valeur absolue. Ensemble, les trois paysannes se donnent progressivement la force de faire entendre une autre voix que celle du patriarcat.

 

Quel a été le point de départ de ce projet de BD ?

Nous souhaitions faire une BD féministe qui rende compte de la réalité de nos vies de femmes paysannes. C’est avec cette envie que nous avons rencontré Maud, dessinatrice de BD, ayant elle-même suivi une formation agricole. Nous, paysannes, bergère, éleveuses, apicultrice ou maraîchère, aimons passionnément nos métiers, mais, comme dans le reste de la société, nous vivons jour après jour des situations qui nous dérangent, nous mettent mal à l’aise voire nous font violence, car cela nous renvoie sans cesse à notre statut de femme et non d’individu autonome. Chacune des situations décrites dans cette BD a été vécue par nous ou notre entourage. (...)

 

Finalement, le monde paysan n’est ni plus ni moins que le reflet de la société…

Notre but n’est pas de dire que le monde paysan serait plus archaïque ou plus macho qu’un autre, mais bien mettre en lumière les mécanismes du patriarcat sous toutes ses formes, des plus insidieuses aux plus visibles. En effet, être une femme n’est jamais neutre en agriculture. Selon les cas,on peut être idéalisée, glorifiée, portée au rang de superwoman : on admire alors cette femme qui fait un métier d’homme. D’autres fois, on aimerait nous cantonner à la place d’à côté, à celle qui accueille, qui diversifie, qui assiste, qui fait la paperasse. Et si on ne rentre pas gentiment dans la case attendue, on s’expose à diverses formes d’agressivité. Comme les commentaires déplacés d’un marchand de tracteur, des situations de violences conjugales, des préjugés sur les femmes « aimables et si fragiles », la difficulté de se faire entendre lors d’une réunion… Bref, en 2020, en agriculture comme ailleurs, le patriarcat se porte toujours bien.

 

Pouvez-vous nous décrire le processus de création de cette BD ?

Cette BD a été l’occasion pour nous de réfléchir ensemble à de potentielles voies d’émancipation, notamment collectives. Elle constitue, nous l’espérons, une belle illustration de la force du travail collectif : chaque virgule de cette BD a été décidée au consensus. Celles et ceux qui ont déjà participé à des prises de décision collectives apprécieront le challenge ! Et notre amour pour notre métier de paysanne prend aussi souvent le dessus, ainsi nous partageons avec nos lecteurs et lectrices les bons moments de la vie sur une ferme : connivence avec le troupeau, transhumance de ruches, nuit étoilée, mises bas ou confection de fromages. Être paysanne, c’est aussi une volonté d’autonomie sur nos fermes, de travailler avec la nature et de lutter contre l’agro-industrie et ses effets néfastes.

 

Un mot pour les paysannes qui vous liront ?

Nous espérons que nos lectrices trouveront à la lecture de cette BD des pistes de réflexion et d’émancipation, qu’elles en ressortiront pleines de colère et de joie, d’envie de lutter et de boire un verre sur la place du marché avec leurs copines ! Quant aux lecteurs, s’ils ne se reconnaissent dans aucune situation de cette BD… peut-être une seconde lecture serait-elle bienvenue ?

 

Maud Bénézit & Les paysannes en polaire, Il est où le patron ? Chroniques de paysannes,éditions Marabulles, 192 pages, 19,95 €

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique